Navigation – Plan du site

La fabrique médiévale des Grands Hommes ? Conclusion

Marion Chaigne-Legouy
p. 120-123

Texte intégral

1Au moment d’achever le bulletin et de dénouer l’écheveau des communications, nous ne pouvons qu’être frappés par leur résonance avec une introduction qui s’était voulue attentive aux évolutions temporelles et formelles du thème des Hommes illustres. Il est ainsi décliné dans sa dimension hagiographique (Florent Coste), romanesque (Anne Rochebouet), poétique (Clotilde Dauphant), française et chevaleresque (Anne Salamon), enfin italienne et renaissante (Jean-Baptiste Delzant et Clémence Revest).

2Son intérêt, nous semble-t-il, est d’interroger un sujet porteur de sens en lui-même pour les hommes de ce temps. Ses expressions littéraires ou artistiques ont bien souvent été mises en regard de la société médiévale par une partie des contributeurs. La société aristocratique a été au cœur de l’étude menée conjointement par Jean-Baptiste Delzant et Clémence Revest sur les œuvres de Gentile da Fabriano et Francesco Da Fiano accomplies au service d’Ugolino Trinci autour d’un cycle d’Hommes illustres. Ceux-ci peuvent y être compris comme constituant un espace de rencontre entre des pratiques littéraires et picturales traditionnellement étudiées de façon disjointe, mais aussi en tant que terrain d’expérimentation idéologique. Les fresques de Foligno célèbrent, à travers les portraits de la République romaine, des vertus propres à un régime communal. Le seigneur italien se présente comme leur garant alors qu’il en sape les fondations, ne serait-ce qu’à travers des travaux destinés à son seul prestige et non au bien commun de la ville. Légitimer sa place dans l’État tout en rivalisant de grandeur avec les autres principautés en constitution, tel est le dilemme que la dimension transcendante des Hommes illustres permet à l’ancien condottiere d’affronter, tout en soulignant la dimension courtisane de son usage.

  • 1 Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir, Volume 1, L’invention de la loi salique (V e-X (...)

3La culture de cour est également au coeur du texte de Julien Abed. Plongé dans la société princière de la fin du Moyen Âge, il s’attache aux recueils de Femmes illustres dédicacés à d’illustres reines. Alors que notre sensibilité moderne place au centre de ses intérêts la moitié féminine de l’humanité, il faut attendre les XIVe et XVe siècles pour qu’elle apparaisse au sein des « Homini illustres ». Bien que l’automne médiéval et l’entrée dans la modernité se traduisent, selon la recherche récente, par une « gynophobie » et une mise à l’écart des femmes de pouvoir1, cet article soulève avec acuité le problème du rapport entre pouvoir politique, pratiques courtisanes et rôles culturels féminins. L’importance nouvelle des dédicataires « personnalise » la mise en série des Femmes illustres par la position centrale qu’elles y occupent. Associée à la Vierge et aux prophéties des sibylles, la reine incarne la continuité de la monarchie par son pouvoir de fécondité et participe à l’enracinement symbolique du royaume de France, terreau d’un souverain d’essence quasi-divine. Cette analyse, appuyée sur la spécificité des cleres dames, nous invite à repenser le rapport entre passé et présent, entre Antiquité et christianisme, d’une façon nuancée.

4Au-delà de l’expression stricto sensu de vir illustris, le champ d’application de notre objet d’étude a pu être étendu, par un jeu d’analogies, d’écarts, de recréations et de reformulations fondé sur le modèle stylistique antique et ses enjeux. Les quatre dernières interventions reposent sur cette démarche qui a conduit à un retour en arrière chronologique. Florent Coste se concentre ainsi sur un genre propre à la Chrétienté, où saints et anti-saints suivent chacun un chemin dont la vie conditionne la mort. La reprise de certaines caractéristiques propres aux Hommes illustres – mise en série des biographies, notions d’exemplarité, de contre-exemplarité, de virtus – s’accompagne d’un traitement des héros et anti-héros focalisé sur les figures tutélaires du Christ et de l’Antéchrist. L’hagiographie s’écarte alors des recueils antiques, dans lesquels la hiérarchie ne distingue pas des individus, célébrés pour leurs mérites et égaux entre eux. Le cheminement imposé par la Providence requiert cette dualité du mal et du bien dont le triomphe s’appuie sur une justice nécessaire à l’avènement de la Vérité. À cette voie toute tracée, où les saints manifestent leur virtus plus qu’ils ne l’acquièrent et ne la cultivent, s’opposent les Hommes illustres antiques qui fournissent davantage, dans l’esprit des médiévaux des XIVe et XVe siècles, des modèles que des absolus. Évolution des enjeux et cohabitation des genres : cette idée parcourt, hors du domaine hagiographique, les autres interventions centrées sur la France.

5La mise au point d’Anne Salamon sur les rapports entre Neuf Preux et Hommes illustres met en perspective cette notion de modèle. Des héros antiques, certes, mais habillés à la mode chevaleresque. Ces Neuf Preux apparaissent comme un motif qui circule largement, avant que l’influence italienne ne fasse son œuvre et que ces trois triades ne deviennent sujets de compilations élaborées sur le modèle des De viris illustribus de Pétrarque et Boccace. La centralité italienne ne doit pas voiler les prémices françaises d’un phénomène littéraire appelé à se développer dans le royaume de France à l’époque moderne. En ce sens, les « variations » d’Anne Rochebouet sur les amants malheureux du Roman de Troie soulignent les points d’achoppement entre utilisation du thème des Hommes illustres et écriture médiévale des exempla. La réflexion, centrée sur les évolutions entre deux mises en prose du récit de Benoît de Sainte-Maure, permet de conclure que l’énumération de grands hommes sous forme de liste, s’écartant des longues rédactions moralisantes des exempla, marque l’irruption des Hommes illustres dans la matière troyenne. La mise en série de leurs seuls noms, sans un besoin d’explication supplémentaire, évoque une essence glorieuse comprise de tous.

6Constitution de listes et emploi des Neuf Preux s’agrègent dans la poésie d’Eustache Deschamps, dont Clotilde Dauphant extrait des combinaisons foisonnantes guidées par des considérations dépassant la valeur propre aux Hommes illustres : célébration de contemporains (Du Guesclin), œuvre courtisane (destinée au duc d’Orléans), appel à la paix entre Français et Anglais et bien entendu, illustration des vertus et des vices. Cette polarité, constitutive du thème des Hommes illustres, s’efface devant le pessimisme du poète. Au-delà du Bien et Mal, la mort a emporté tous ces hommes du passé. La vanité humaine à laquelle pousse leur exemple – ou leur contre-exemple – conduit à une illusion terrestre que l’auteur cherche à annihiler par la déconstruction des mises en série traditionnelles des Hommes illustres. La combinaison du déni de ces derniers avec l’absence d’une exaltation sanctorale valorisant la vie après la mort démontre, paradoxalement, leur place centrale dans toute réflexion sur la destinée humaine à la fin du Moyen Âge.

  • 2 Voir par exemple Émile Durkheim, « Le rôle des grands hommes dans l’histoire », in Textes. 1. Éléme (...)

7Des hommes du temps passé aux hommes incarnant un présent glorieux, des clarae mulieres aux anti-saints, les Hommes illustres sont-ils des « Grands Hommes » ? Anthropologie, histoire, littérature, sociologie, psychologie et géopolitique ont questionné leur influence – réelle ou symbolique – sur le système social et leur rôle dans les rapports entre hommes et femmes, la constitution des identités et le développement des sociétés politiques2. La mise au jour, durant les séminaires du groupe d’étude Questes, des différents costumes endossés par les Hommes illustres semble les intégrer à ces figures tutélaires, tout en donnant la pleine portée de leurs spécificités médiévales.

Haut de page

Notes

1 Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir, Volume 1, L’invention de la loi salique (V e-XVI e siècle), Paris, Perrin, 2006 ; Thierry Wangefflen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Paris, Payot, 2008.

2 Voir par exemple Émile Durkheim, « Le rôle des grands hommes dans l’histoire », in Textes. 1. Éléments d’une théorie sociale, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. 409-417 (discours prononcé à la distribution des prix du lycée de Sens le 6 août 1883) ; et plus récemment, Jean-Noël Jeanneney et Philippe Joutard, Du bon usage des grands hommes en Europe, Paris, Perrin, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Chaigne-Legouy, « La fabrique médiévale des Grands Hommes ? Conclusion », Questes, 17 | 2009, 120-123.

Référence électronique

Marion Chaigne-Legouy, « La fabrique médiévale des Grands Hommes ? Conclusion », Questes [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://questes.revues.org/538

Haut de page

Auteur

Marion Chaigne-Legouy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org