Navigation – Plan du site

La violence en question. L’exemple de l’incendie du Château du Gua (Dauphiné) en 1382

Bruno Varennes
p. 36-50

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Cadre géographique et temporel

1Le château du Gua s’élevait au sud de Grenoble, sur le flan oriental du Vercors, dans le baillage de Grésivaudan, au cœur du Dauphiné. Situé dans l’actuel canton de Vif, posté sur un mamelon auprès d’un gué (le Gua) sur un torrent de montagne, il défendait l’accès au vallon supérieur de la paroisse de Prélenfrey, en position de fortification de Cluse. Il dominait alors la vallée du Drac, cours d’eau aux limites des diocèses de Grenoble et de Die, et la voie de circulation de Grenoble vers Gap et Aix-en-Provence.

  • 1 AD38 G 659, Cure du Genevrey, Sur les exceptions dont Messire François Chevallier Distral seigneur (...)
  • 2 Ratification de la vente de la terre du Gua, devant Guidone, notaire, en mars 1291, dans Registre d (...)
  • 3 Le Dauphin délaisse le « castrum de Gado » en faveur de ceux de Puy Boson et de Morges, situés en T (...)
  • 4 René Favier (dir.), Nouvelle histoire du Dauphiné, Grenoble, Glénat, 2007, p. 49.
  • 5 Ils s’opposent au Dauphin, ainsi qu’au chapitre et à l’évêque de Die : les terres qui composaient l (...)

2Un échange de fiefs (mutatio castris ou « venditionis ») effectué entre le Dauphin Humbert Ier et Rodolphe du Gua, entre 1284 et 12881, confirmé en 12912, fait sortir la fortification des possessions delphinales. Elle échoit par mariage à la famille de Bérenger3. En limite des terres tenues en propre par le Dauphin, le fief (se dit mandement, en Dauphiné, dès après 1050-10574) est en bordure d’une zone où, à la fin du xiiie siècle, les familles seigneuriales restent assez fortes pour contester le pouvoir des grands seigneurs5.

  • 6 Dès 1327 on individualise un véritable hameau au Gua, auprès du château : le préambule d’un terrier (...)
  • 7 « Sous le Gua, à côté du château ».
  • 8 Une « capella de Guado » est citée au début du xiie siècle dans un registre d’imposition du diocèse (...)

3Les pièces d’archives permettant d’entrapercevoir le château et son voisinage sont rares. On sait qu’un hameau se dressait à proximité déjà au début du xive siècle6, et une chapelle consacrée à saint Nicolas, attestée depuis le xiie siècle, est dévoilée « subtus Vadum prope castrum7 », d’après une pièce de 13738.

  • 9 La Savoie, dès le second quart du xive siècle, se lance dans une expansion maintenue en Piémont, en (...)
  • 10 L’an 1374, des compagnies ravagent les faubourgs de Die, qui ne doit sa survie qu’à ses remparts. G (...)
  • 11 « On les a vu arriver une première fois en 1357, lors de la première guerre de Provence », et ils r (...)
  • 12 Raoul de Louppy est nommé gouverneur le 5 octobre 1361 : il ordonne plusieurs chevauchées, dès 1368 (...)
  • 13 Nathalie Nicolas, op.cit., 377 p.

4Sur une durée de près d’un siècle, la guerre est aux portes du Dauphiné, quand elle ne se porte pas au cœur des vallées alpines. Lorsque les destructions ne sont pas le fait de la guerre contre la Savoie – qui s’amorce « peu à peu une ouverture vers la Méditerranée9 » –, ce sont les compagnies de soldats démobilisés de la guerre de cent ans, ou œuvrant pour les papes, en Italie, qui sont à l’origine de destructions. Dès 1357, les « grandes compagnies » sont en Avignon, et dix ans plus tard, elles remontent en Dauphiné, s’attaquant même aux villes épiscopales10. Leur présence est attestée dans la province jusqu’en 145011. Cette violence endémique entraîne une politique de remise en état des fortifications et plusieurs chevauchées de la noblesse dauphinoise dans les vallées alpines (Trièves, Gapençais, Embrunais), diligentées par le gouverneur Raoul de Louppy12, sujet de la thèse récente de Nathalie Nicolas13.

  • 14 La date de 1382 nous semble assurée mais n’est citée qu’une seule fois. Elle reste sujette à cautio (...)

5C’est au cœur de cette période que le château a été attaqué et brûlé, vers 138214, par une compagnie armée, semble-t-il le mardi avant les Rameaux, sans que l’on sache ce qu’il est advenu des habitats et de la chapelle.

La source : le testament d’Eynarde de Silvone (Enardae Silvonae)

  • 15 BMG U 5199, Vente de la terre de la Ferrière du Gua par le sérénissime Humbert dauphin comte de vie (...)
  • 16 AD38 G 659, Testament d’Eynarde de Silvone, 30 juillet 1374, dans Cure du Genevrey, Pièce de procéd (...)

6Sur le territoire dépendant de la fortification se trouve un fief tenu par Aimaris Silvonis, à la fin du xiiie siècle15. Au siècle suivant, c’est un ajout au testament d’Eynarde de Silvone (Enardae Silvonae), descendante d’Aimaris Silvonis, qui nous des renseignements sur un incendie survenu, en 1382, au château. L’acte remonte à 1374, mais il n’a pas été conservé sous sa forme originelle. Copié une première fois à la fin du xive siècle, après l’incendie, il l’a été de nouveau à la fin du xviie siècle, pour un procès16. La pièce, de manière classique, expose les dernières volontés d’Eynarde de Silvone, dont un legs de cinq setiers de froment de droits sur quelques pièces de terres, en faveur de l’église voisine du Genevrey de Vif où la testatrice souhaite être enterrée.

7Après l’acte, lors d’un recollement d’actes notariés effectué en 1392, le notaire a inséré un passage exposant la venue dans ce lieu d’une troupe en armes, qui a malheureusement détruit le château et les pièces d’archives qu’il renfermait, une dizaine d’années auparavant. Le document rapporte une violence contre les hommes et les biens, vu par les hommes de lettres que sont les notaires, et aborde plusieurs axes.

8Si la crainte des violences et leur cortège de destructions, sont ici évoqués, la teneur de la violence elle-même, sa portée, sa durée, le champ sur lequel elle s’exerce, restent flous.

La peur de la violence et la violence en elle-même

9La peur de la violence transparaît essentiellement au travers du comportement du curé de la paroisse voisine du Genevrey.

La peur : la réaction du chapelain du Genevrey

  • 17 « Quarante sestiers de blé ».
  • 18 « Parmi d’autres biens de ladite église [Notre-Dame du Genevrey], plusieurs écrits de justice rédig (...)

10Petro Nicolaii, curé de l’« ecclesia beata maria de Genebreto », paroisse qui relève, pour partie du moins, du château et du mandement, vient mettre en sûreté dans la fortification une arche – de grande taille : elle peut contenir environ « quadraginta sestariorum bladi »17 – dans laquelle il avait disposé « inter cetera alia bona sua ec dictae ecclesia plura scripta ec justiciam faciendam pro utillitates [utilitates] dictae ecclesiae »18.

  • 19 Le Chemin public.
  • 20 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 36.
  • 21 Il n’est pas possible, dans l’état actuel des connaissances, de savoir si le Jean Bérenger cité ici (...)

11Le prêtre a donc peur pour son église, puisqu’il met en sûreté les objets de valeurs de cette dernière, peut-être le petit mobilier de culte (chandeliers, calices), avec les pièces d’archives. Cette peur est légitime : l’église Notre-Dame, sur le bord de l’iter publicus19, est une proie facile, et depuis près de trente ans, la crainte des pillages est présente. Malgré « le droit de sauvegarde » censé les protéger, les abbayes et prieurés sont des proies faciles et les premiers attaqués20. La mise sous la protection du castrum des biens est donc programmée : elle révèle une conscience profonde du danger des routiers. Cet élément se pose en indice d’une certaine information de la population, qui devait suivre les mouvements de cette compagnie, et tentait d’en prévenir les délits. Plus de vingt ans après le début des déprédations, et après la première chevauchée de nobles du Dauphiné, à laquelle participa un Jean Bérenger21, simple écuyer, les communautés de cette partie du Grésivaudan semblent » préparées » à l’arrivée des compagnies.

12Il semble néanmoins que l’église du Genevrey n’ait pas souffert de la troupe armée passée dans le lieu : les visites pastorales des évêques de Grenoble de la fin du xive ou du xve siècles ne soufflent mot de destructions, qui ne sont néanmoins pas à exclure.

La violence : la destruction du château

  • 22 « Puissant seigneur Jean Bérenger ».
  • 23 « Tout, à l’exception des parois, a été détruit par un feu terrible dévorant ».

13Relevant du « potentis viri Joannis Berengarii22 », le château est incendié. La destruction est importante, puisque « totam exceptis parictibus destructum est igne ineffabili urente23 ». À en croire le texte, alors qu’aucune autre description n’existe des lieux au lendemain du sinistre, ce ne sont que les parois de la structure castrale qui subsistent après l’incendie : la ruine semble totale. On notera que la violence est ici réduite à sa plus simple expression, et à quelques lignes.

  • 24 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 127. Les deux « canons a feu dicts arquebuzes a la façon d’un bombar (...)
  • 25 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 60.

14En définitive, la relation par les notaires est classique : la destruction d’un pôle castral est un élément fort, ancré dans les mémoires, agissant comme « marqueur » temporel. C’est un lieu de pouvoir qui a été agressé, alors même que le seigneur du lieu est présenté comme puissant. On notera l’absence de toute référence à un combat et, surtout, à une quelconque défense : mais rappelons que les armes sont rares, et N. Nicolas note que dans les châteaux delphinaux ou provençaux, elles sont souvent « incomplètes et en mauvais état »24. Elle révèle aussi que la venue des hommes d’armes issus de la noblesse dauphinoise « n’est suivie d’aucun combat direct avec les routiers ». Le « théâtre des opérations militaires – si elles ont lieu en Haut-Dauphiné – échappe totalement à notre documentation »25, comme ici, en Grésivaudan.

15Enfin, l’absence de toute mention de destruction des autres éléments bâtis, présents au côté du château du Gua est, là encore, surprenante.

La violence : la destruction des archives

  • 26 « Plusieurs écrits de justice rédigés pour l’usage de ladite église ».
  • 27 « détruits par ce feu ».
  • 28 Un « dommage et préjudice ».

16Est souligné le fait que « plura scripta ec justiticiam faciendam pro utilitates dictae ecclesiae »26 étaient enfermés dans l’arche mise à l’abri dans le château, et qu’ils ont été « dicto igne combusta27 ». Cette destruction est exposée par le rédacteur comme un « dampnum et preiudicium28 » pour ladite église. Cette remarque, d’un point de vue strictement clérical, est, elle aussi, commune, la préservation des droits étant une inquiétude récurrente.

  • 29 Les « notaires tant survivants que déjà morts auparavant ».

17De même, les seuls hommes dont on s’inquiète ne sont que les « tam per notarios nunc superuiuentes qua premortuos olim29 ». L’inquiétude et l’acuité pour l’écrit sont ici évidemment surreprésentées par l’origine même de la source. Hommes de lettres, les notaires, comme Pierre Nicolas, le curé du Genevrey, s’inquiètent de ces pertes humaines comme scripturales, la disparition d’un notaire se rapprochant ici de la destruction d’une partie des actes qu’il avait compilé.

18La violence visible est par conséquent, ici, réduite à des lieux communs. Au-delà des dégâts mentionnés provoqués par la troupe, où s’est-elle arrêtée ? En présence d’édifices cultuels à proximité et d’un moulin, on peut légitimement se demander si une part des destructions matérielles n’est pas occultée par les pièces d’archives.

Violence occultée…

19La chapelle consacrée à saint Nicolas n’est pas citée parmi les destructions. Or, si l’église du Genevrey se pose comme un bâtiment attractif pour une troupe en armes, car lieu d’une certaine richesse thésaurisée, la chapelle érigée au pied du château avec son hameau pouvait – quoique de manière moindre – l’être elle aussi.

La place de la chapelle auprès du château

  • 30 La famille du Gua, la première après le Dauphin, s’investie dans le lieu de culte. Elle est suivie, (...)
  • 31 BMG U 5199, Reconnaissance de Petrus Betto, de la paroisse d’Avignonet, le 1er avril 1380, et Recon (...)
  • 32 Chapelain et recteur.
  • 33 « Un chazal (ou) une maison », le chazal étant synonyme de petite maison, ainsi qu’une pièce de ter (...)
  • 34 BMG U 5199, Promesse passée par Guigues Richard, curé de Prélenfrey, au seigneur Rodolphe du Gua, a (...)

20Liée au castrum depuis le xiie siècle, la chapelle est dotée par chaque famille investissant le château, assurément depuis le début du xive siècle30. Deux nominations de chapelains-recteurs sont effectuées avant l’attaque des lieux. Deux ans auparavant, c’est Guigonis Maleti31 qui est « capellani » et « rectori »32, comme l’était son prédécesseur Stephani Elisii, nommé en 1373. Lors de son investiture, le seigneur du Gua, Jean Ier Bérenger du Gua, met à la disposition du desservant « quoddam chasale domus unam », ainsi qu’une pièce de terre, « juxta dictam capellam33 ». Sur le temps long (1304-1537), la chapelle se révèle n’être qu’un édifice privé, réservé à un office seigneurial, alors qu’elle est à proximité du hameau34.

  • 35 Le « manse saint Nicolas de La Combe ».
  • 36 Des biens tenus dans ce manse sont cités dans deux autres reconnaissances, qui ne mentionnent pas l (...)

21Une dizaine d’années après l’incendie du château, la chapelle est posée comme référent visuel délimitant le cadre géographique de pièces de terres reconnues. Sur vingt-cinq reconnaissances de terres compilées, dix-sept reprennent une formule-type incluant, outre la chapelle, deux lieux comme référents (le « mansum sancti Nicolay de Combi35 », sur la paroisse voisine de Varces, et un lieu-dit Soylleti, non localisé). Bornage rudimentaire, qui délimite en fait des pans de montagnes de part et d’autre d’une ligne de crête, il pose comme terminus le site cultuel. Ce n’est pas le hameau, et encore moins le castrum, qui sert de borne, mais uniquement le lieu de culte36. L’édifice est-il référent par absence d’un château ruiné ? Le site étant sur un promontoire, visible, cette hypothèse nous semble devoir être écartée.

Un non-événement ?

22Aucun commentaire n’est fait concernant d’autre incendie que celui du castrum. Situés auprès du château, il reste improbable que la chapelle et le hameau, doté d’un moulin, n’aient pas subi les affres de la destruction.

23Si la peur de la ruine d’un bâti religieux est présente dans le document, c’est de manière secondaire : on expose pourquoi les pièces d’archives de l’église du Genevrey ont été renfermées au château, et perdues. Toute autre perte semble n’être qu’un non-événement pour le regard du notaire. Dès lors, les dégâts causés hors du cadre de la conservation de l’écrit ne sont pas présents.

24Néanmoins, si cette lecture peut expliquer un certain désintérêt, il semble étrange qu’elle écarte de son rapide exposé des éléments jouant un tel rôle religieux, de référent topographique dans des actes notariés, et, encore, économique au travers du moulin.

… ou violence ciblée ?

25La déprédation est organisée : c’est, semble-t-il, uniquement le château qui est visé par la compagnie. Dès lors, derrière l’aspect anecdotique de la mention conservée, se trouve une situation classique de collusion d’un groupe de routiers dans un but, en définitive, peu commun.

Le château, objectif de l’attaque ?

26À défaut d’autres pièces venant compléter ce tableau rapide de l’incendie du château, une hypothèse semble valide, celle d’une violence ciblée.

27La troupe en armes est de passage : elle n’est pas en errance. Les populations savent que cette compagnie va arriver, puisque l’arche est mise en sécurité depuis le Genevrey, ce qui sous-entend un transport sur plus de deux kilomètres, et 400 mètres de « dénivellation positive ».

  • 37 Les seigneurs locaux sont assez puissants pour ne jamais entrer totalement sous la dépendance delph (...)

28Dès lors, la troupe, qui sait que le vide se fait au-devant d’elle, a pu cibler le site qu’elle allait agresser, afin de rationaliser le pillage. Le château se pose en fortification isolée dans la campagne : il est éloigné du bourg de Vif, duquel il ne peut espérer aucun secours important, et qui a peut-être subi les affres de la compagnie, alors que les dissensions entre les familles nobles locales sont grandes et limitent l’entraide37.

29La défense du castrum doit se suffire à elle-même. Il a attiré à lui les richesses des lieux de culte des environs, celles de l’église paroissiale du Genevrey, peut-être aussi de celles de Prélenfrey, qu’il protège en premier lieu, comme de Saint-Barthélemy, installé à ses pieds. Probablement doit-on ajouter le médiocre mobilier de la chapelle Saint-Nicolas, et, encore, les outils du meunier du hameau. On rappellera enfin, que cette troupe est composée de soldats « de métiers », ou du moins aguerris au combat, ce qui n’est pas le fait de tous les défenseurs.

  • 38 Comme le souligne N. Nicolas pour les vallées de l’actuel département des Hautes-Alpes, « si la bat (...)

30La violence serait dès lors ponctuelle – le temps de l’attaque d’un château – et ciblée : elle recherche un butin38, et ne regarde pas aux alentours.

Une proie inaccoutumée : le château du Gua

  • 39 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 12.

31Nathalie Nicolas signale que, lors de leur remontée le long de la Durance dans les vallées alpines, « les provençaux » pillent et incendient les fonds de vallées, et non les vallons escarpés. Après 1372, elle signale un changement : les bandes s’organisent autour de chefs et « dès lors (…) occupent le terrain en rançonnant les villages39 ». Ils s’en prennent aux habitats isolés, aux prieurés et aux monastères et n’agressent que rarement les maisons fortes. De fait, l’attaque, programmée, d’un castrum, comme celui du Gua, sous-entend une justification importante : le site de Cluse est perché, éloigné du chemin principal de la vallée, et n’apparaît pas aisé à prendre.

32La richesse concentrée dans le site castral par la population semble la cause première. Plus de vingt ans après le début des ravages des routiers et la première chevauchée de nobles du Dauphiné, alors que la société cherche à prévenir le risque de pillage, l’unique bénéfice possible à prendre se trouve derrière les murailles du Gua.

33De nombreux aspects nous échappent sur cet événement : aucune autre pièce ne vient le présenter, et aucune étude archéologique n’a jamais été entreprise sur le site.

  • 40 Je tiens à remercier Mme Dominique Rigaux, et pour cette formule, et pour sa relecture de cet artic (...)

34Si l’idée d’une violence ciblée sur le château du Gua nous semble concluante, elle repose néanmoins sur un fragile dossier documentaire : issu de la légitimation d’un document perdu, d’une pièce qui « relève plus du ressort des consciences que des actes40 », la mention de l’incendie, cet acte anecdotique – il existe une multitude d’incendies similaires – laisse percevoir une violence très organisée. Soldats expérimentés, allant guerroyer en Italie, ils vivent du territoire qu’ils traversent, et sont capables de s’organiser afin d’optimiser leur chance de parvenir à leurs fins : le butin. Si les déprédations sont plus nombreuses au sud, principalement au-delà du Trièves, le Grésivaudan est bel bien touché par la guerre.

Haut de page

Annexe

Le testament d’Aynarde de Silvone41

« Testamentum nobilis Enardae Silvonae. In nomine domini amen Anno Nativitatis (...) domini millesimo tercentesimo septuagesimo quarto (...) et die penultima mensis julli eoram me notario et testibus infrascriptis nobilis Guillelmi Silvonis uxor Nobilis Petri de Velcorcio (...). Et eligo corpori meo sepulturam in simiterio ecclesiae beatae mariae de Genebreto in qua ecclesia volo praecipio et ordino conuocari tercentum dominos capellanos videlicet infra six annos proxime sequentes post obitum meum scilicet infra quemlibet annum ipsorum sex annorum quinquaginta qui ibidem dominica offica tenecantur selebrare pro remedio animae meam parentum et benefactorum meorum quilibet ipsorum unus grosseus turon in morem (...) »42. Suit un lègue à l’église de cinq setiers de froment de cens. Ce droit, et l’organisation de la succession entre les mains de Petrum de Vercorcio (Velcorcio), mari d’Eynarde, sont la raison principale de la sauvegarde du testament.

La pièce, compilée en 1673, reprend des ajouts exposant la destruction du château du Gua, et datés du 27 mai 1392 : « Instantiam suplliciter eoram nobis domino Petro Nicolaii cappellano curato ecclesia beata maria de Genebreto dictae diocesis et afferentes quod anno domini millesimo tercentesimo octuagesimo secundo et die marti antae dominicam ramis palmam qua die erat festum annuntiationis beata mariae castrum de Vado potentis viri Joannis Berengarii dictae diocesis quod totam exceptis parictibus destructum est igne ineffabili urente in quo castro ob timorem armigrum et gentium transive debentium per patriam delphinatus ad faciendum dominum ducem de ante versus Romam reposuerunt ut asserit quandam archam (…) capacem circa quadranginta sestariorum bladi on qua archa apposuerat inter cetera alia bona sua ec dictae ecclesiae plura scripta ec justiciam faciendam pro utillitates dictae ecclesiae dicto igne combusta (…) et nulla ten(…) inuenta in grande dampnum et preiudicium ipsius ecclesiae tam per notarios nunc superuiuentes qua premortuos olim (…) »43. Le document expose ensuite que c’est « ad eius Petri curati requisitionem »44 que le recollement des pièces d’archives a été fait.

Haut de page

Notes

1 AD38 G 659, Cure du Genevrey, Sur les exceptions dont Messire François Chevallier Distral seigneur de Sinard conseiller au Parlement a fait usage, pièce de procédure du premier procès, commentaire du testament d’Eynarde de Silvone (1374) et de l’investiture de 1392, fin xviie siècle, feuillet papier et Cure du Genevrey, pièce de procédure du second procès, commentaire du testament d’Eynarde de Silvone (1374) et de l’investiture de 1392 (1), fin xviiie siècle, feuillet papier ; Cure du Genevrey, Vente passée par Humbert Dauphin a Rodolphe de Vado ou du Gua du château du Gua appartenances et dépendances et spécialement le fief de Miribel et le fief de Sinard et Silvonne, 1er août 1288, deux feuillets papier, copie du 18 mai 1772 ; et BMG U 5199, Vente de la terre de la Ferrière du Gua par le sérénissime Humbert dauphin comte de vienne & Albon & de madame la dauphine a noble Rodolphe du Gua, devant Petrus Biviaci, notaire, le 2 août 1288, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. xviiie s., p. 1-5.

2 Ratification de la vente de la terre du Gua, devant Guidone, notaire, en mars 1291, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. xviiie  s., p. 5-8.

3 Le Dauphin délaisse le « castrum de Gado » en faveur de ceux de Puy Boson et de Morges, situés en Trièves, plus au sud, ce qui lui permet de s’imposer au cœur de terres tenues par des seigneurs puissants et luttant pied à pied contre le Dauphin et l’évêque de Die. D’après Jean-Claude Michel, c’est en 1309 que Rodolphe de Bérenger, époux de Marguerite du Gua, devint châtelain. Jean-Claude Michel, « Château delphinal du Gua », La Vallée de La Gresse, catalogue de l’exposition, coll. Archéologie Chez Vous n° 4, Grenoble, Musée Dauphinois / Conservation du Patrimoine de l’Isère, 1985, p. 40, notice 162. BMG U 5199, Promesse passée par Guigues Richard, curé de Prélenfrey, au seigneur Rodolphe du Gua, au sujet de la dime appartenant à la chapelle de Saint-Nicolas, devant Guillaume Guichard, notaire, en 1304, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. xviie s., p. 8-9 ; et R 7670II/9, « Succincte analyse », pièce de procès, seconde moitié du xviiie  siècle ou début du xixe siècle (1 feuillet papier).

4 René Favier (dir.), Nouvelle histoire du Dauphiné, Grenoble, Glénat, 2007, p. 49.

5 Ils s’opposent au Dauphin, ainsi qu’au chapitre et à l’évêque de Die : les terres qui composaient le domaine seigneurial du chapitre étaient nombreuses (Tréminis, Cheyssiliane, Bâtie-d’Avane, Thorane, Trezane, Saint-Martin-de-Clelles, Autaret, et Treffort, la moitié de Foillans, le quart de la terre de Clelles, la moitié de la montagne de Montbel). Jacques Chevalier, Essai historique sur l’Église et la ville de Die, tome premier, « Depuis les origines jusqu’à l’année 1276 », Montélimar, 1888, p. 420 ; et tome second, « Depuis l’année 1277 jusqu’en l’année 1508 », Valence, Céas, 1896, p. 72. L’acte de visite est conservé à la Bibliothèque Municipale de Grenoble. BMG R. 80, n° 9, publié dans Ulysse Chevalier, Regeste Dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné des origines à l’année 1349, notice 12764.

6 Dès 1327 on individualise un véritable hameau au Gua, auprès du château : le préambule d’un terrier retranscrit à la fin du xviie siècle met en avant la « place de Saramand Graelle » (en fait le plassage, c’est-à-dire la cour), et un moulin. Plus en avant dans le siècle, c’est « in domo Petri Samandi » que le seigneur Jean Bérenger, en 1373, passe devant le notaire Didier de Miribel une série d’actes instaurant un recteur pour la chapelle. BMG R 7670II/5, Traduction litterale du preambule du terrier de 1327, 9 juin 1327, transcription en français, seconde moitié du xviiie siècle (1 feuillet papier) ; et U 5199, Donation, faire par Jean de Bérenger du Gua de vingt setiers d’avoine appartenant à la chapelle de Saint-Nicolas, a élire chapelaine d’icelle, & autres choses contenues au dit acte, devant Didier de Miribel, notaire, le 18 octobre 1373, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, p. 8-9.

7 « Sous le Gua, à côté du château ».

8 Une « capella de Guado » est citée au début du xiie siècle dans un registre d’imposition du diocèse de Grenoble, mais un lieu de culte à saint Nicolas n’est évoqué qu’à partir de 1304. Pouillé du diocèse de Grenoble sans date (entre 1080-1132), dressé vers 1115, dans Jules Marion, Cartulaires de l’Eglise cathédrale de Grenoble, dits Cartulaires Saint Hugues, Paris, 1869 ; Pouillé [1115] (p. 183-193) est inclus dans le 3e cartulaire ou cartulaire C (p. 183-256) ; In archipresbyteratu ultra Dravum, p. 183. Promesse passée par Guigues Richard, curé de Prélenfrey, au seigneur Rodolphe du Gua, au sujet de la dîme appartenant à la chapelle de Saint-Nicolas, devant Guillaume Guichard, notaire, en 1304, dans BMG U 5199, Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. xviie s., p. 8-9.

9 La Savoie, dès le second quart du xive siècle, se lance dans une expansion maintenue en Piémont, en direction de Biella, Vercelli, dès 1382 Alba et Asti, puis, dès 1388 la Viguerie de Nice et Vintimille. Les guerres contre le Dauphiné sont quasi permanentes, ainsi en 1362, et encore en 1383. Voir surtout Nathalie Nicolas, La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné. Étude archéologique des travaux des châteaux et des villes à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de l’Université de Provence, 2005, p. 24-25.

10 L’an 1374, des compagnies ravagent les faubourgs de Die, qui ne doit sa survie qu’à ses remparts. Grenoble, est, elle, traversée par les routiers dès l’année suivante. Voir Nathalie Nicolas, La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné, op. cit., p. 43, et René Favier (dir.), Nouvelle histoire du Dauphiné, op. cit., p. 83.

11 « On les a vu arriver une première fois en 1357, lors de la première guerre de Provence », et ils reviennent « jusqu’en 1450 ». Voir René Favier (dir.), Nouvelle histoire du Dauphiné, op. cit., p. 76, et Nathalie Nicolas, La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné, op. cit., p. 32.

12 Raoul de Louppy est nommé gouverneur le 5 octobre 1361 : il ordonne plusieurs chevauchées, dès 1368. Voir Nathalie Nicolas, op. cit., p. 40.

13 Nathalie Nicolas, op.cit., 377 p.

14 La date de 1382 nous semble assurée mais n’est citée qu’une seule fois. Elle reste sujette à caution, le texte étant rédigé dix ans plus tard. Le jour même de l’événement, le mardi avant les Rameaux, apparaît plus sûr. L’attaque, un jour de fête religieuse, a marqué les esprits. AD38 G 659, Testament d’Eynarde de Silvone, 30 juillet 1374, dans Cure du Genevrey, Pièce de procédure de procès, copie moderne de 1673, dressé pour Jacques Allaguiers, curé, feuillets papier.

15 BMG U 5199, Vente de la terre de la Ferrière du Gua par le sérénissime Humbert dauphin comte de vienne & Albon & de madame la dauphine a noble Rodolphe du Gua, devant Petrus Biviaci, notaire, le 2 août 1288, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. xviiie s., p. 1-5.

16 AD38 G 659, Testament d’Eynarde de Silvone, 30 juillet 1374, dans Cure du Genevrey, Pièce de procédure de procès, copie moderne de 1673, dressé pour Jacques Allaguiers, curé, feuillets papier.

17 « Quarante sestiers de blé ».

18 « Parmi d’autres biens de ladite église [Notre-Dame du Genevrey], plusieurs écrits de justice rédigés pour l’usage de ladite église ». AD38 G 659, Testament d’Eynarde de Silvone, 30 juillet 1374, dans Cure du Genevrey, Pièce de procédure de procès, copie moderne de 1673, dressé pour Jacques Allaguiers, curé, feuillets papier.

19 Le Chemin public.

20 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 36.

21 Il n’est pas possible, dans l’état actuel des connaissances, de savoir si le Jean Bérenger cité ici est l’un des seigneurs de Morges – Jean II Bérenger de Morges testant le 20 novembre 1382 – ou du Gua – Jean I Bérenger du Gua testant le 13 août 1361. Yves Soulingeas, Archives familiales du Dauphiné, tome II, Archives du château de Sassenage, parchemins, répertoire numérique détaillé, AD38, Grenoble, 2001 (document dactylographié).

22 « Puissant seigneur Jean Bérenger ».

23 « Tout, à l’exception des parois, a été détruit par un feu terrible dévorant ».

24 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 127. Les deux « canons a feu dicts arquebuzes a la façon d’un bombard », présents dans un inventaire du prieuré chaffrien de la ville de Vif, voisine, en 1487, font encore figure d’exception. BMG R 8133/liasse n° 3/1bis, Réduction faite aux mains du Dauphin par Jean Beatrix secrétaire delphinal député par la cour de parlement, ou Inventaire des effets du prieuré, 14 octobre 1497, f°5v° ; l’original en latin étant le BMG R 8133/liasse n° 3/1, Reductio facta ad manum Dalphinalis per me Johannem Beatrix secretarius dalphinalis commissarius, 14 octobre 1497, citation f°10v°.

25 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 60.

26 « Plusieurs écrits de justice rédigés pour l’usage de ladite église ».

27 « détruits par ce feu ».

28 Un « dommage et préjudice ».

29 Les « notaires tant survivants que déjà morts auparavant ».

30 La famille du Gua, la première après le Dauphin, s’investie dans le lieu de culte. Elle est suivie, aux siècles suivants, par la famille de Bérenger, qui nomme des chapelains et des recteurs jusqu’à l’époque moderne. BMG U 5199, Promesse passée par Guiguo Richardi, curé de Prélenfrey, au seigneur Rodolphe du Gua, au sujet de la dime appartenant à la chapelle de Saint-Nicolas, devant Guillelmo Girardi, notaire, l’an 1304, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, p. 8-9.

31 BMG U 5199, Reconnaissance de Petrus Betto, de la paroisse d’Avignonet, le 1er avril 1380, et Reconnaissance de Margerita Assella, uxor Goneti Bredi, le 10 août 1380, dans Reconnaissances passées par ordre & volonté du dit seigneur Jean de Bérenger par plusieurs emphiteotes, au profit d’Etienne Elise, chapelain de la chapelle de Saint-Nicolas, devant Didier de Miribel, notaire, 15 novembre 1377 – 1er avril 1380, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. xviie s., p. 31- 38.

32 Chapelain et recteur.

33 « Un chazal (ou) une maison », le chazal étant synonyme de petite maison, ainsi qu’une pièce de terre « auprès de ladite chapelle ». L’ensemble est loué pour la somme d’un denier de cens. BMG U 5199, Donation, faite par Jean de Bérenger seigneur du Gua des vingt sétiers d’avoine apartenant à la chapelle de saint Nicolas, à élire chapelain d’icelle, & autres choses contenuës au dit acte, reçu, Mre Disdier de Miribel, notaire, le 18 octobre 1373, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. xviiie s., p. 15-19.

34 BMG U 5199, Promesse passée par Guigues Richard, curé de Prélenfrey, au seigneur Rodolphe du Gua, au sujet de la dime appartenant à la chapelle de Saint-Nicolas, devant Guillaume Guichard, notaire, en 1304, dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, ms. s. d. XVIIe s., p. 8-9 ; et R 7670II/9, « Succincte analyse », pièce de procès, seconde moitié du xviiie siècle ou début xixe siècle (1 feuillet papier). « Georgio Bosonis rectoris ejusdem capella » est attesté en archives du 28 janvier 1527 jusqu’au 30 janvier 1537. BMG U 5199, Recognitio Petri Giroudi alias Cala de Sancti Martini de Clusa(m) (28 janvier 1527) ; Recognitio Beatrisia Molina uxoris Claudi Albi Piola de Pasqueriis (13 février 1527) ; Recognitio Humberti Chanuti Deytrail fili quondam Antonii de Chabouderiis parochia & mandamenti Clusa (16 avril 1528) ; Recognitio Petri Albi Piola Senioris de Pasqueriis (14 juin 1528) et Recognitio Petri Monerii Bilar de Crosetis, parochia Vivi (30 janvier1537), dans Terrier des biens de la chapelle Saint-Nicolas du château du Gua, dressé par Me Christophe Sonnier, nore à Vif, (28 janvier 1527 – 30 janvier 1537), dans Registre des reconnaissances au profit des recteurs de la chapelle de Saint-Nicolas fondée au château du Gua, s. n.

35 Le « manse saint Nicolas de La Combe ».

36 Des biens tenus dans ce manse sont cités dans deux autres reconnaissances, qui ne mentionnent pas la chapelle. BMG R 7670II/7, Reconnaissance de Margarita, uxor Johannis Barleterii, du 14 janvier 1391, dans Terrier des reconnaissances de 1391, dressé d’après les registres des notaires Pierre de Serre (Petro de Serro) et Jean Tissot (Johannes Teyssocti), copies de Brumaire An II, dont un acte traduit en français (liasses papier reliées).

37 Les seigneurs locaux sont assez puissants pour ne jamais entrer totalement sous la dépendance delphinale, ce qui sous-entend aussi une capacité à maintenir des luttes intestines. Ainsi, Hugues de Commiers, issu d’un lignage important en Grésivaudan, dont le château est érigé au-delà du Drac, écuyer des chevauchées dirigées par Rodolphe de Commiers, a été capturé et emprisonné dans le château du Gua par Jean Bérenger, et Odon son frère, en 1357. Nathalie Nicolas signale sa participation aux chevauchées de La Mure (montre du 8 juillet 1368) et de Serres (25 juillet), sous les ordres de Rodolphe. Dans ce second cas, on notera la présence à Serres d’un Jean de Bérenger, sans que son origine – du château de Morges ou de celui du Gua – ne soit précisée. Rodolphe, « capitaine de chevauchée (…) en Gapençais pendant l’hiver 1368-1369 », est accusé par l’archevêque d’Embrun Pierre Ameilh d’extorsion, et d’avoir commandité des pillages et abusé des réquisitions. Nathalie Nicolas, op. cit., p. 40 et p. 72, 85 et 90-91. Procédure devant le juge mage de Grésivaudan contre Jean Bérenger, sgr. du Guâ, Odon, son frère, et leurs complices pour la capture d’Hugues de Commiers au mandement de Miribel et son emprisonnement au château du Guâ. 31 mai 1357, Yves Soulingeas, Archives familiales du Dauphiné, tome II, op. cit., n° 169, p 53.

38 Comme le souligne N. Nicolas pour les vallées de l’actuel département des Hautes-Alpes, « si la bataille (bellum), motivée par l’honneur et la gloire, prépare la paix, la guerre (werra), elle, se nourrit de butin. Le Haut-Dauphiné est donc bien en guerre ». De même, le Grésivaudan, aux portes de Grenoble, est alors « en guerre ». Nathalie Nicolas, op. cit., p. 7.

39 Nathalie Nicolas, op. cit., p. 12.

40 Je tiens à remercier Mme Dominique Rigaux, et pour cette formule, et pour sa relecture de cet article.

41 AD38 G 659, Testament d’Eynarde de Silvone, 30 juillet 1374, dans Cure du Genevrey, Pièce de procédure de procès, copie moderne de 1673, dressé pour Jacques Allaguiers, curé, feuillets papier.

42 « Testament de noble Aynarde Silvone. Au nom du seigneur, ainsi soit-il, l’an de la nativité (…) du seigneur mille trois cent soixante quatorze (…) et l’avant-dernier jour du mois de juillet, moi-même, femme de Pierre de Vercors (…), par mon notaire et par les témoins écrits ci-dessous par le noble Guillaume Silvone. J’élis la sépulture de mon corps dans le cimetière de l’église Notre-Dame du Genevrey dans laquelle église je veux, commande et ordonne que soient convoqués trois cent seigneurs chapelains il va de soi dans les six ans suivant ma mort, et naturellement pendant ces mêmes six années seront célébrés ici-même cinquante offices du dimanche pour le salut de mon âme et de celles de mes parents, et selon mes bienfaits (qu’il leur soit versé) un gros tournois comme de coutume (…) ».

43 « À l’instance suppliante de notre seigneur Pierre Nicolas, chapelain curé de l’église Notre-Dame du Genevrey de ce diocèse, il est rapporté que l’an du seigneur mil trois cent quatre-vingt deux, et le mardi précédent le dimanche des rameaux, lequel jour était fête de l’annonciation de la bienheureuse Marie au château du Gua du puissant Jean Bérenger de ce diocèse, dont tout excepté les parois a été détruit par un feu terrible dévorant dans ce château à cause de la crainte des hommes portant des armes devant transiter par la patrie de Dauphiné en direction de Rome pour les besoins du duc, qui s’étaient arrêtés quand on avait déposé une arche (…) de la capacité d’environ quarante sestiers de blé. Et dans cette arche, on avait déposé, parmi d’autres biens de ladite église [Notre-Dame du Genevrey], plusieurs écrits de justice rédigés pour son usage, mais ils furent brûlés par ce feu (…) et rien ne fut [retrouvé] (…), pour le grand dommage et préjudice de l’église comme pour les notaires tant survivants que déjà morts auparavant ».

44 « À la réquisition de Pierre [Nicolas] », curé du Genevrey.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Varennes, « La violence en question. L’exemple de l’incendie du Château du Gua (Dauphiné) en 1382 », Questes, 14 | 2008, 36-50.

Référence électronique

Bruno Varennes, « La violence en question. L’exemple de l’incendie du Château du Gua (Dauphiné) en 1382 », Questes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://questes.revues.org/405 ; DOI : 10.4000/questes.405

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org