Navigation – Plan du site

Du codex au volumen : les actes dans les cartulaires de l’abbaye Saint-Vincent du Mans au xiie siècle

Sophie Ravary
p. 95-113

Entrées d’index

Mots-clés :

charte, copie, abbaye

Keywords :

charter, copy, abbey
Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est tiré de mes recherches de master (effectué à l’Université Rennes 2 sous la direction de Florian Mazel) sur les pratiques de l’écrit de l’abbaye Saint-Vincent du Mans aux xiiexiiie siècles. Je tiens à remercier chaleureusement Vincent Le Quentrec de m’avoir invité au séminaire organisé par le groupe Questes sur le thème « Copie, authenticité, originalité ».

Texte intégral

  • 1 De cette abbaye ont été conservés trois cartulaires : le Premier Cartulaire, composé dans les année (...)
  • 2 Autrefois située au niveau de l’actuelle rue Saint-Vincent, au nord de la ville du Mans. Plus rien (...)
  • 3 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Premier cartulaire, éd. cit.
  • 4 Saint-Pierre de La Couture est une abbaye urbaine de même importance que celle de Saint-Vincent. Ma (...)
  • 5 160 chartes pour les xiiexiiisiècles, réparties aux Archives Départementales de la Sarthe (ADS) (...)
  • 6 Le Premier Cartulaire date du xiisiècle (copie du xviie siècle), le Liber Contro-versiarum du xii (...)

1En 1260, un certain Sillé collationne une charte du rouleau « S » d’un cartulaire atypique et inédit de l’abbaye Saint-Vincent du Mans. Parmi ces 23 rouleaux transcrits dans les années 1270, 25 % des actes ont été transcrits dans un autre cartulaire confectionné cinquante ans auparavant : le Liber Controversiarum1. L’abbaye bénédictine Saint-Vincent du Mans2, fondée à l’initiative de l’évêque du Mans Domnole en 5723, figure parmi les plus riches établissements4 de la cité mancelle au xiiie siècle. Ce rayonnement est visible à travers ce qu’il reste de ses archives, de nombreuses chartes5 et trois cartulaires6. Cet article s’intéresse plus particulièrement aux deux cartulaires du xiiie siècle : le Liber Controversiarum, copié dans les années 1220 et les Rotuli, transcrits entre 1260 et 1276. Après une brève présentation du corpus, c’est la qualité de la copie de ces deux cartulaires qui va être évaluée. Enfin, une dernière partie va être l’occasion d’évoquer quelques hypothèses sur la raison d’être et l’usage de ces deux recueils d’actes.

Les cartulaires du xiiie siècle de l’abbaye Saint-Vincent du Mans

Le Liber Controversiarum : le livre des procès, un manuscrit composite

  • 7 No 1982 Henri Stein, Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l’histoire de Fr (...)
  • 8 Voir Liber Controversiarum Sancti Vincentii Cenomanensis ou le Second cartulaire de l’abbaye Saint- (...)

2Le manuscrit, connu aussi sous le nom de Second Cartulaire, est le seul recueil d’actes qui nous soit parvenu dans sa version originale7. Actuellement conservé à la Médiathèque du Mans sous la cote « ms. 95 », il est bien connu des historiens depuis son édition par André Chédeville8 en 1968.

  • 9 Le dernier terme est illisible. Dom Colomb lit « Liber controversiarum et transactionum » : le livr (...)
  • 10 André Chédeville estime que cet accident est antérieur au xvie siècle car les scribes au service de (...)

3D’un format moyen (225 x 160 mm), le cartulaire contient 110 folios de parchemin répartis en 15 cahiers. Il tire son nom de l’explicit, situé au verso du dernier folio : « Finis libri Controversiarum et… »9. Cette formule se traduit littéralement par « le livre des procès », et la teneur des actes donne raison à cette appellation. Les cahiers ont été assemblés au xixe siècle par une reliure en carton rouge très détériorée et une infiltration d’eau ancienne au milieu du manuscrit a compromis sa bonne conservation10.

  • 11 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 21.
  • 12 Les initiales ont été inscrites en petit module au début de chaque acte par le cartulariste dans la (...)
  • 13 Le chrisme et le signum semblent avoir été repris par les scribes pour le Premier Cartulaire du xii(...)

4Ce cartulaire n’a rien d’une œuvre d’art11 : dans la grande majorité des cas, les initiales n’ont pas été achevées12, les seules touches de couleur proviennent des rubriques au-dessus des actes concernés et les éléments figurés des actes diplomatiques, tels les chrismes, n’ont pas été repris par les copistes13. L’unique marque d’originalité concerne les chirographes : le terme « chyrographum » a été inscrit en grosses lettres majuscules au-dessus de l’acte lorsque l’original était une charte-partie.

  • 14 Dont 4 lettres, 1 lettre patente et 7 vidimus.
  • 15 Le scribe « A » est responsable de l’écriture des actes 1 à 252 et le scribe « B » a transcrit les (...)

5Ce cartulaire aurait été rédigé entre la fin de l’abbatiat de Guillaume IV Patrice et de son successeur Guillaume V de Juillé car les unités documentaires datent de leurs abbatiats. Les 355 actes (7 notices et 348 chartes14) ont été copiés par deux scribes « A » et « B »15, à l’encre noire, dans un ductus très régulier qui confère au cartulaire une grande uniformité.

  • 16 Ibid. p. 22.

6Sa structure interne, analysée par André Chédeville dans l’introduction de son édition16, montre une répartition en cinq ensembles qui renvoient aux institutions judiciaires avec lesquelles Saint-Vincent a affaire au xiiie siècle.

Structure interne du Cartulaire

chartes

cahiers

folios

impétrants

1-80

1-3

1-20

Actes des évêques du Mans/Sées/Bayeux/Llandaff

81-114

4

20-27

Actes des seigneurs laïques

115-158

5-7

28-46

Décisions des commissaires pontificaux

159-249

7-11

46-78

Actes de l’Official du Mans

250-355

11-15

79-110

Petits groupes d’actes émanant des évêques /laïques/officiaux

  • 17 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans…, éd. cit., p. VI.
  • 18 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 24.
  • 19 Des sous-ensembles se perçoivent toutefois clairement. Les actes 307 à 313 concernent Guillaume Dou (...)
  • 20 Vraisemblablement conservé à l’abbaye Saint-Vincent, nous savons uniquement qu’il se composait de 1 (...)
  • 21 Ibid., p. 25.
  • 22 Par exemple dans l’acte 283 relate que Robert de Fresnay, prêtre, et son neveu Robert ont fait don (...)
  • 23 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 44. André Chédeville estime qu’il était inutile de compiler le (...)
  • 24 Liber Controversiarum Sancti Vincentii (LCV) 66, le contentieux à propos d’une cure, opposant l’abb (...)
  • 25 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 44. Dans l’acte LCV 247, l’official du Mans scelle l’accord in (...)

7Le cinquième et dernier ensemble pose de nombreuses questions sur lesquelles se sont penchés Menjot d’Elbenne en 188617 et André Chédeville en 196818. Aucune cohérence n’est perceptible tant au niveau du sujet des actes que de leur suscripteur19. Dom Colomb, dans ses Mémoires pour servir à l’histoire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans20 rédigées entre 1749 et 1765, mentionne un cartulaire nommé Chartularium S. Vincentii Cenomanensis, où se retrouvent les mêmes actes du Liber Contro-versiarum. Néanmoins, le numéro des folios et des chartes diverge21, laissant penser à l’existence d’un cartulaire perdu mais « jumeau » du Liber. Ce cartulaire, en dehors de quelques donations22, résume une suite de procès gagnés par l’abbaye23 face à des laïcs tel qu’Hugues de Juillé vers 118624. Dans la majorité des cas, l’abbaye sort fragilisée de ces procédures car elle doit toujours négocier un compromis25.

Les Rotuli : un cartulaire sur rouleaux inédit

  • 26 Bibliothèque nationale de France, latin 5444. Henri Stein, Bibliographie générale des cartulaires f (...)
  • 27 BnF latin 5444.
  • 28 Médiathèque du Mans Louis Aragon, ms. 473.
  • 29 ADS H 127 : « Le présent livre contient les affaires les plus considérables concernans l’establisse (...)
  • 30 ADS, G 9, G 48, G 49, G 919, G 920, G 921 et G 922.
  • 31 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans…, éd. cit., p. VII. Liber Controversiarum…, éd. cit., (...)
  • 32 Bien que cette explication puisse paraître superflue, André Chédeville mentionne le caractère inédi (...)
  • 33 Hélène Toubert, « L’illustration des rouleaux médiévaux : les « Exultet » d’Italie médiévale », dan (...)

8Le titre du troisième cartulaire de Saint-Vincent, Rotuli, est peu explicite. Cependant, il est éclairé par un sous-titre : « Copies de plusieurs titres escrits sur des rouleaux de parchemin cottés par alfabet dont la plupart sont dans les cartulaires ». Il est lisible sur la copie des Rotuli, effectuée à la demande de Gaignières26 et conservée à la Bibliothèque Nationale de France. Ces informations constituent l’unique témoignage de ces 23 rouleaux de parchemins cotés de « A » à « AA ». De ce cartulaire, il existe deux copies : celle « originale » de Gaignières27 et celle de Bilard, archiviste du Mans, qui a réalisé un double du manuscrit du Gaignières en 1850 conservé à la Médiathèque du Mans28. On ignore quand ces rouleaux ont rejoint l’abbaye Saint-Germain des Prés avec le Premier Cartulaire suite à l’introduction de la réforme des Mauristes en 163629. Vu l’implication de l’évêché manceau dans ces Rotuli, des investigations ont été menées dans les nombreux inventaires laissés par le chapitre de la cathédrale Saint-Julien30, mais sans résultats probants. Étonnement, ces rouleaux n’ont jamais été utilisés ou étudiés par les érudits locaux des xviiie - xxe siècles comme Dom Colomb, Thomas Cauvin ou Chappée. Seule leur existence est mentionnée par Menjot d’Elbenne31 et André Chédeville32 qui considèrent volontiers les rouleaux comme un objet de curiosité33. La mention du sous-titre, « dont la plupart sont dans les cartulaires », fait penser qu’ils ont arrêté la lecture et n’ont pas regardé le contenu de plus près, alors que seulement 25 % de ces actes sont présents dans le Liber Controversiarum et uniquement dans ce recueil.

  • 34 Bilard a, dans sa copie, ajouté une numérotation des actes comportant de nombreuses erreurs que j’a (...)
  • 35 C’est une des caractéristiques des abbayes mancelles, y compris Saint-Vincent et la Couture : le ch (...)

9Chaque rouleau est composé de 7 à 25 actes non numérotés34, répartis entre les années 1149 et 1270 et rédigés par l’évêque du Mans ou de son official ; rares sont les actes provenant du chapitre de Saint-Vincent35. Leur répartition est présentée ci-dessous.

Répartition des actes dans le Cartulaire

  • 36 Guillaume de Passavant (1142-1186).
  • 37 Hamelin (1190-1214).
  • 38 Maurice, futur archevêque de Rouen (1215-1231).
  • 39 Le vidimus de ce rouleau est incomplet, la date manque. Nous l’avons associé aux autres en reprenan (...)

Rouleau

Nombre d’actes

Dates extrêmes

Impétrant principal

Vidimé

A

7

1206-1235

Évêques du Mans

1270-1274

B

13

1200-1262

Official du Mans

1270

C

15

1161-1256

Guillaume évêque du Mans36

1271

D

15

1210-1265

Official du Mans

1270

E

17

1202-1212

Hamelin évêque du Mans37

1271

F

18

1213-1270

Official du Mans

1270

G

18

1217-1246

Maurice évêque du Mans38

1271

H

16

1211-1262

Official du Mans

1270

I

13

1214-1266

Official du Mans

1270

K

16

1221-1263

Official du Mans

1276

L

16

1203-1258

Official du Mans

1270

M

13

1210-1255

Official du Mans

1270

N

12

1211-1260

Official du Mans

1270

O

7

1212-1260

Official du Mans

1270

P

9

1188-1224

Official du Mans

127139

R

24

1149-1269

Official du Mans

1270

S

25

1212-1258

Official du Mans

1260

T

15

1222-1269

Official du Mans

1270

V

18

1210( ?)-1254

Official du Mans

1270

X

14

1214-1267

Official du Mans

1270

Y

14

1212-1265

Official du Mans

1270

Z

15

1212-1247

Official du Mans

1270

AA

14

1212-1260

Official du Mans

1270

Total : 345

  • 40 Exemple de l’acte [68 (67)], première charte du rouleau « F » : « Universis presentes litteras insp (...)
  • 41 Voir Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke et Benoit-Michel Tock, Diplomatique médiévale, Paris, Brep (...)
  • 42 La numérotation erronée de Bilard est conservée ici entre parenthèses.

10Autre particularité : chaque rouleau commence par un vidimus de confirmation40 qui apporte quelques indications bienvenues41. Bien que stéréotypées, ils permettent de dater la transcription de ces rouleaux entre 1260 et 1276. Ces formules d’authentification ne sont présentes que sur les actes des Rotuli : l’acte [51(51)]42 commençant le rouleau « E » se trouve dans le Liber Controversiarum sans le vidimus, de même pour les actes originaux. L’absence des manuscrits empêche de savoir si ces vidimus ont été copiés par la même main que l’acte, c’est-à-dire par le cartulariste de Saint-Vincent ou bien par l’autorité concernée, le scribe de l’évêque du Mans ou son officialité. Enfin, chaque institution a confirmé les rouleaux contenant les actes émanant de son ressort ; trois phases dans la copie se distinguent ainsi, avec une étape majeure en 1270.

  • 43 Le rouleau coté « AA » traite successivement de biens situés à La Guinebaudière, Courcemont, Congé, (...)
  • 44 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedo (...)
  • 45 Pierre Chastang, ibidem, p. 138.
  • 46 La copie de Gaignières n’en comporte pas, mais cela n’empêche pas qu’il y en ait eu sur les rouleau (...)
  • 47 Pierre Chastang, ibidem, p. 190.

11Dernier point à évoquer, la structure interne des Rotuli. Au sein d’un rouleau, les actes traitent de toponymes très différents43 et ne constituent pas de micro-dossiers44. Comme le constate fort justement Pierre Chastang, le classement géographique des actes aurait permis au cartulariste de donner un cadre de référence à Saint-Vincent pour la gestion de son domaine45. L’absence de rubriques46 ne signifie cependant pas que l’agencement des actes soit effectué au hasard47. La logique interne de ces rouleaux semble reposer sur le partage des actes entre l’évêque du Mans et de son officialité : l’évêque valide les rouleaux concernant les droits et revenus des églises et prieurés de Saint-Vincent (rouleau A, C, E, G), alors que son officialité a confirmé les actes concernant les accords entre l’abbaye et les laïcs (rouleau B, D, F, H, I, K, L, M, N, O, P, R, S, T, V, X, Y, Z, AA).

La transcription du Liber Controversiarum aux Rotuli

  • 48 Laurent Morelle, « De l’Original à la copie : remarques sur l’évaluation des trans-criptions dans l (...)
  • 49 Voir Emmanuel Poulle, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Âge », Scriptorium, 50/2, 19 (...)

12La transcription, concept central pour un cartulaire48, mérite d’être étudiée pour le Liber Controversiarum et les Rotuli. Selon Emmanuel Poulle, le cartulaire serait « l’écho »49 du chartrier ; cette partie sera donc aussi l’occasion d’étudier le traitement du matériau archivistique en vue de la confection des recueils d’actes.

Une transcription fidèle dans le Liber Controversiarum

  • 50 C’est un fonds entreposé au département des manuscrits à la Bibliothèque nationale de France. Il ti (...)

13Pour ce recueil, nous possédons 30 actes originaux (sur 355 actes) conservés aux Archives Départementales de la Sarthe et dans le fonds Chappée50. Comme cela a été mentionné plus haut, deux copistes ont collaboré pour transcrire les actes du chartrier dans le Liber. De même, en observant le verso des actes, il est possible de repérer deux mains responsables de leur sélection, que nous nommerons « a » et « b ». De plus, le ductus du scribe « a » et celui de « A » sont très proches.

  • 51 Laurent Morelle, « De l’Original à la copie… », art. cit., p. 313.

14Les deux copistes du Second Cartulaire ont été respectueux du texte, les copies sont de qualité : les formules comme les eschatocoles, souvent vulnérables face aux copistes51 ont été sauvegardées. Les variations entre l’original et sa copie sont mineures, comme l’exemple pris ci-dessous en donne l’illustration.

15En 1214, Herbert seigneur de la Guierche fait don à Saint-Vincent d’un millier de harengs saurs à percevoir sur son péage le premier lundi de carême.
A : original sur parchemin, sceau perdu. Archives Communales du Mans, fonds de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, 111 AC 888.
B : Médiathèque du Mans Louis Aragon, ms. 95, fo 26vo.
C : acte no 109, Liber Controversiarum Sancti Vincentii Cenomanensis ou le second cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans. cit.

L’authentique et la copie : exemple

  • 52 Cet oubli sur la copie correspond vraisemblablement à une volonté de simplifier les formules.
  • 53 Sic.
  • 54 Sic. Le premier « r » a été exponctué.

Original

Copie

Universis Christi fidelibus presentes litteras inspecturis, Herbertus, dominus de Guirchia, salutem in Domino.

Noverit universitas vestra quod ego, divine pietatis et52 pro salute anime mee et patris mei et antecessorum meorum, dedi et concessi abbacie Sancti Vincentii Cenomanennsis et monachis ibidem Deo servientibus unum milliarum allecii sorri in puram et perpetuam elemosinam possidendum et prima die Lune XL annuaum de pedagio post obitum meum dicte abbacie persolvendum ; aliud vero milliarium quod pater meus eidem abbacie contulerat, concedo et confirmo.

Quod ut debitam obtineat firmitatem, sigilli mei nunimine presentem cartulam roboravi.

Anno gratie M CC XIIII.

Universis Christi fidelibus presentes litteras inspecturis, Herbertus, dominus de Guirchia, salutem in Domino.

Noverit universitas vestra quod ego divine pietatis instuitu53, pro salute anime mee et patris mei et antecessorum meorum, dedi et concessi abbacie Sancti Vincentii Cenomanennsis et monachis ibidem Deo servientibus unum milliarum allecis sorri54 in puram et perpetuam elemosinam possidendum et prima die Lune Quadragesime de pedagio post obitum meum dicte abbacie persolvendum ; aliud vero milliarium quod pater meus eidem abbacie contulerat, concedo et confirmo.

Quod ut debitam obtineat firmitatem, sigilli mei nunimine presentem cartulam roboravi.

Anno gratie M CC XIIII.

Un appel aux originaux pour les Rotuli

  • 55 Lire le manuscrit médiéval : observer et décrire, dir. Paul Gehin, Paris, Armand Colin, 2005, p. 71

16Les cartulaires sur rouleaux tendent à disparaître au xiiie siècle55. Malgré leur présentation particulière, le processus de transcription des originaux vers les feuilles de parchemin ne semble pas avoir été très différent des cartulaires sur codex.

17Pour ces rouleaux, nous possédons de nombreux témoins : 26 originaux, 90 copies dans le Liber Controversiarum et 6 actes présents comme charte originale et comme copie dans le Second Cartulaire. Ce corpus est suffisant pour évaluer le passage de l’original à la copie et en évaluer l’authenticité, comme cette comparaison ci-dessous.

18En 1218, Lambert Tortannus donne à Saint-Vincent 5 arpents de terre situés à Monloi, mais en conserve la jouissance.
A : original sur parchemin, sceau perdu, Bibliothèque nationale de France, Archives du Cogner, H 1-5.
D : [acte 71 (70)] Médiathèque du Mans Louis Aragon, ms. 473, fo 277vo.
E : Julien Chappée, Archives du Cogner, publié avec le concours de l’abbé L.-J. Denis, série H, Paris-Le Mans, 1903, p. 3.

L’authentique et la copie : exemple 2

Original

Copie

Officialis Curie Cenomannensis universis presentes litteras inspecturis in Domino salutem. Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod Lambertus Tortannus dedit et concessit in perpetuam helemosinam abbati et conventui Beati Vincentii Cenomannensis V jugera terre sita apud Burgnon de Moloi quam terram tenet et tenebit de dictis monachis quoad vixerit singulis annis faciendo 11 denarios censuales et pro vestitura hebenda monachiis reddet dictus Lambertus annis singulis unum sextarium avene et sic dictam terram quamdiu vixerit pacifice possidebit. Quod ut ratum permaneat in futurum sigilli curie Cenomannensis munimine presentem paginam fecimus roborari. Actum anno gratie M CC XVIII.

Officialis Curie Cenomannensis universis presentes litteras inspecturis in Domino salutem. Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod Lambertus Truncanus dedit et concessit in perpetuam elemosinam abbati et conventui Beati Vincentii Cenomannensis 5 jugera terre sita apud Burgnon de Moloy quam terram tenet et tenebit de dictis monachis quod vixerit singulis annis faciendo 11 denarios censuales et pro vestitura hebenda monachiis reddet dictus Lambertus annis singulis unum sextarium avena et sic dictam terram quandiu vixerit pacifice possidebit, quod ut ratum permeneat in futurum sigilli curie Cenomannensis munimine presentam paginam fecimus roborari. Actum anno gratie 1218.

  • 56 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 18.
  • 57 Il aurait été plus logique de trouver une cotation numérique concernant les actes transcrits dans l (...)

19Quelques variations anodines sont notables, mais elles peuvent être dues aux difficultés de lecture des scribes du xviie siècle au service de Gaignières56. Une main particulière a été repérée et désignée comme responsable de la sélection des originaux en vue de leur transcription dans les Rotuli57.

Ductus des notes dorsales des actes transcrits dans les Rotuli ADS H 96,1 (1232)

Ductus des notes dorsales des actes transcrits dans les Rotuli ADS H 96,1 (1232)

Photo de l’auteur

  • 58 ADS H 103,4.
  • 59 Cette main apparaît derrière des actes inconnus des Rotuli : ADS H 96, 1 (1232), H 103, 1 (1277), H (...)
  • 60 Rouleau « S ».
  • 61 Geoffroy Freslon (1260-1274), Geoffroi d’Assé (1274-1277) et Jean de Toulay (1277-1294).
  • 62 Robert de Guerrine (1259-1266) et Jean II de Sainte-Justine (1266-1292).
  • 63 Julie Péteul, Aborder l’histoire d’une communauté de femmes aux xiexiie siècles dans l’Ouest de la (...)
  • 64 Aucun document ne nous permet de savoir si une table existait sur les rouleaux originaux et non tra (...)

20Cette main se perçoit dans des actes des années 128458 conservés aux Archives de la Sarthe, alors que le rouleau le plus tardif, coté K, a été vidimé en 1276. Cela laisse penser que la série est partielle, l’ensemble documentaire copié au xviie siècle était probablement amputé de certains rouleaux59. Admettons que cette entreprise ait débuté en 126060 et se soit achevée en 1284 : ces 24 années correspondent à trois épiscopats manceaux61 et deux abbatiats62. Au regard des dates, l’évêque Geoffroy Freslon a sans doute joué un rôle notable dans la rédaction des Rotuli. Les juges peuvent se repérer dans le Liber Controversiarum par l’intermédiaire des rubriques copiées à la tête des actes. En revanche les Rotuli n’en possèdent pas et il est possible de se demander si le scribe chargé de la copie à l’intention de Gaignières les a oubliées. En effet, la bibliothèque municipale d’Angers conserve un cartulaire de l’abbaye du Ronceray formé de 6 rouleaux : leur étude63 a montré l’existence d’une table au début de chaque rouleau64.

Les actes en double : leur transcription dans le Liber controversiarum et dans les Rotuli

21Un quart des actes des Rotuli a été transcrit dans le Second Cartulaire cinquante ans auparavant, mais ceux-ci n’ont pas été recopiés dans le même ordre. Le rouleau « E » se compose de 17 chartes et 88 % d’entre elles ont été repérées dans le Liber mais dans un ordre différent.

22Ces chiffres confirment l’utilisation des originaux pour la confection de ce recueil. La comparaison de la copie d’un même acte dans le Second Cartulaire et les rouleaux permet de s’apercevoir que les scribes ont été assidus. Des divergences sont visibles dans les deux copies, démontrant une nouvelle fois que la copie des Rotuli s’est effectuée indépendamment du Second Cartulaire.

  • 65 Ces actes résumés concernent 63 actes sur les 91. Les autres actes résumés (24 ont été dénombrés) c (...)

23Avant dernier point à évoquer, les actes résumés des Rotuli : ils concernent, pour un grand nombre de cas, les chartes transcrites dans le Second Cartulaire et dans les rouleaux65. L’exemple étudié ici est tiré du rouleau « O ».

24Devant Cantorius archidiacre et official du Mans, Robert de Dangeul contestait à Saint-Vincent l’aumône que Vital Cornoille avait faite à l’abbaye du tiers de ses biens. Il proposa que son vassal Herbert de Bannou s’arrangeât pour récupérer ces biens. Ce dernier finit par reconnaître à l’abbaye la possession de ladite aumône.

25A : original perdu.
B : Médiathèque du Mans Louis Aragon, ms. 95, fo 51vo–52.
C : acte no 180 Liber Controversiarum Sancti Vincentii Cenomanensis ou le second cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, op. cit.
D : [acte 197 (193)], Médiathèque du Mans Louis Aragon, ms. 473, fo 585 et 648.

Un acte résumé des Rotuli

Rotuli

Omnibus […] Compositio inter monachos et R. D. de Danjolio […] super elemosinam facta a Vitali Gernoille 1212.

Liber Controversiarum

Omnibus ad quos presens pagina pervenerit, C[antorius] archidiaconus officialis curie Cenoman[nensis], salutem in Domino.

Noverit universitas vestra quod contencio que vertebatur coram nobis inter abbatem et monachos sancti Vincentii Cenoman[nensis] ex una parte et R[obertum] dominum de Daniolio super quadam elemosina facta Deo et memoratis monachis a Vitali Carnoille super tercia parte totius hereditatis dicti Vitalis et altera, in hunc modum subscriptum est sedata. Ita videlicet quod dictus R[obertus] qui contendebat dictam elemosinam tanquam dominus feodi, habito bonorum virorum consilio, concessit dictis monachis per spacium cujusdam anni de rebus illis quas possidebat dictus Vitalis, ab eo inter eos nullo mediante elemosinam possidere elapso vero anno vel in manu laicali transferretur vel in ejus manu remaneret. In super dictus R[obertus] coram nobis proposuit quod Herbertus de Bannou, qui erat medius tanquam feodatus ab eo inter ipsum et Vitalis conquerebatur eidem dictis monachis qui injuriabantur ei in feodo suo. Convocatis coram nobis in jure abbate et sepedictis monachis ex una parte et sepedicto R[oberto] de Daniolo et de dicto H[erberto] de Bannou ex altera, dicti abbas et monachi petierunt a dicto H[erberto] sacramentum de chalumpnia utrum concessisset elemosinationem dictam nec ne, prestito juramento, dictus Herbertus recognivit coram nobis quod dictam elemosinam concesserat et concedebat de rebus pertinentibus ad ejus feodum dictis abbati et monachis libere et quiete in perpetuum possidendam presente H[emmelina] matre dicti Herberti, nichil super hoc contradicente, et ita concessit coram nobis sepedictus dominus de Daniolo quod in elemosina sicut predictum est ab eodem H[erberto] concessa, nichil reclamaret nec eosdem monachos de cetero super eadem elemosina molestaret.

Quod ut ratum sit, sigillo curie Cenoman[nensis] presentem cartam fecimus roborari.

Actum anno Domini milesimo CC duodecimo.

26Ces résumés s’apparentent à des notes dorsales. Mais en regardant attentivement le verso des actes copiés dans ces deux cartulaires, il apparaît que le cartulariste s’est servi des mentions annotées par les scribes du Liber Controversiarum. Le(s) scribes(s) des Rotuli inscri(ven)t une note dorsale uniquement lorsqu’aucune autre main n’est intervenue. Ces documents diplomatiques ont été entièrement relus avant leur transcription dans les Rotuli, tout en vérifiant s’ils étaient présents dans le Second Cartulaire.

Deux cartulaires au xiiie siècle, une nécessité judiciaire ? Quelques hypothèses en guise de réponse

L’officialité mancelle responsable des Rotuli66

  • 66 Il n’existe à ce jour aucune étude sur l’officialité du Mans.
  • 67 Olivier Guyotjeannin, « Juridiction gracieuse ecclésiastique et naissance de l’officialité à Beauva (...)

27L’officialité de l’évêque du Mans apparaît dans les années 1190 où Guérin d’Usages appose son propre sceau, où il ne semble être dans les premiers temps qu’un délégué de l’évêque67. Cette juridiction gracieuse acquiert une autonomie rapide au cours des années 1210 et elle est d’ailleurs particulièrement active auprès de l’abbaye Saint-Vincent.

  • 68 Guillaume de Passavant (1142-1186), l’évêque Renaud (1186-1190) n’est pas mentionné, Hamelin (1190- (...)

28À l’époque de la rédaction des Rotuli, l’officialité a derrière elle un demi-siècle d’activité, elle est apte à traiter toutes les causes judiciaires. Cette vitalité est particulièrement visible dans les Rotuli : 80 % des actes ont été rédigés par l’officialité mancelle, les 20 % restant sont certifiés par les évêques du Mans68. Au regard de l’écriture des notes dorsales et des chartes de cette juridiction épiscopale, il est possible que les Rotuli aient été copiés par un scribe de l’official.

  • 69 Il ne semble avoir aucun lien avec les seigneurs de Sillé-le-Guillaume.
  • 70 Série G et H des Archives Départementales de la Sarthe et les cartulaires des établissements séculi (...)
  • 71 ADS H 98, 2 (1249).
  • 72 Rotuli [83 (81)] (1252).
  • 73 Rotuli [73 (72)] (1252)
  • 74 Le Liber Controversiarum précise l’existence de Jean « clericus filius defuncti Garini de Guerrame  (...)

29L’introduction de l’article soulevait la mention d’un certain Sillé responsable de la collation du rouleau « S » en 1260. Un relevé de l’ensemble des « Sillé69 » dans la documentation du xiiie siècle70 a été mené. Deux personnes ressortent de ce dépouillement : Pierre de Sillé, aumônier de Saint-Vincent en 124971, et Jean de Sillé qui est dit en 1252 « eorum procurator dictorum abbatis et conventus »72. Dans l’acte 73 de ces rouleaux, on retrouve Jean de Sillé, accompagné de son épouse Hersende et ses enfants, lorsqu’il vend des vignes qu’il possède à Savigné-l’Évêque73. Il est possible que ce soit Jean de Sillé, ce procureur agissant sans doute sous l’autorité de l’officialité, mais en l’absence d’autres données, cette remarque reste une hypothèse74.

  • 75 ADS H 102, 1.

30Les actes provenant de l’abbaye Saint-Vincent concernent presque exclusivement des transactions foncières et des procédures judiciaires ; la vie administrative de l’abbaye n’est jamais évoquée. De fait, la recherche du contexte rédactionnel des cartulaires amène à forger plus d’hypothèses que de certitudes. De nombreux actes traitent de procès impliquant l’intervention de l’évêque du Mans comme arbitre. Comme en 1268, l’évêque du Mans, Geoffroy Freslon, arbitre un procès entre Saint-Vincent et le prieur de Saint-Léonard des Bois75 à propos des oblations de cette église. Il est vraisemblable que l’ampleur des procédures judiciaires a décidé l’évêché et l’abbaye à rédiger un récapitulatif des pièces nécessaires à la justice épiscopale. Cette entreprise a vraisemblablement bénéficié d’un contexte institutionnel favorable dans les années 1270 : Jean de Sainte-Justine est abbé depuis 4 ans, Geoffroy Freslon est à la tête du collège canonial depuis 1260 et l’officialité jouit d’un prestige sans précédent au regard des très nombreux actes passés sous son sceau.

Le rouleau, un effet de mode ou un effet pratique ?

  • 76 Merci à Pierre Chastang pour cette idée. Voir Alain Provost, Domus Diaboli. Un évêque en procès au (...)
  • 77 Le préambule et les dépositions des cinq premiers témoins sont perdus. Nous ne pouvons donc pas sav (...)
  • 78 ADS H 33.
  • 79 Les cartulaires sur rouleaux conservés aujourd’hui sont celui du prieuré du Vieux-Bellême, conservé (...)

31Cette forme de rédaction n’est pas sans rappeler celle des rouleaux d’enquêtes76. Ce n’est pas une pratique documentaire très répandue dans le Maine, cependant, le fonds de l’abbaye de La Couture en conserve un incomplet77 et plus tardif. Dressé en 1399, ce rouleau d’enquête concerne les droits de justice des religieux de La Couture à Volnay78. De même les cartulaires-rouleaux sont bien attestés79 mais ne dépassent en général pas la dizaine d’unités.

32Quel intérêt avait Saint-Vincent dans la confection d’un cartulaire sur une vingtaine de rouleaux ? L’avantage réside certainement dans la commodité d’usage : le transport des pièces à conviction était sans doute facilité par la forme du rouleau. Il est également aisé de rajouter des feuilles de parchemin au bas du rouleau pour rajouter des actes. Les chartes de donations antérieures conservées dans le chartrier de l’abbaye sont nécessaires pour les nombreuses procédures judiciaires auxquelles est confrontée l’abbaye Saint-Vincent. C’est l’officialité qui semble s’être chargée de ces procès et sans doute le procureur attitré de l’abbaye au regard de l’intervention de Jean de Sillé. Désirant simplifier ses démarches dans la recherche de preuves, l’officialité a décidé de transcrire de nombreuses pièces indispensables sur des rouleaux, sans doute plus faciles à manipuler. Car le nombre de chartes, peu élevé, devait se traduire par des rouleaux de taille modeste et donc facilement transportables.

  • 80 Michel Parisse, « Étude d’un type diplomatique », dans Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècle (...)

33Néanmoins faut-il vraiment penser que ces Rotuli constituent une version remaniée, plus moderne, des pancartes monastiques ? En reprenant les conclusions avancées par Lucien Musset à propos des pancartes normandes, des similarités apparaissent : « la récapitulation des actes » se perçoit à travers les résumés, les actes sont confirmés par des autorités reconnus de tous (les évêques et leur official). Enfin, il insiste sur « la cohérence de l’écriture »80, perceptible ici à travers l’agencement des actes où l’évêque intervient pour les droits et les revenus alors que son officialité s’occupe des liens entre les réguliers et les laïcs.

Les Rotuli, un second Liber Controversiarum ?

34C’est une des principales idées qui ressort de cette étude au regard de la paternité des actes copiés et leur agencement entre le Liber Controversiarum et les Rotuli. Le Liber a-t-il été perdu un temps et l’abbaye a-t-elle tenté de le reconstituer en l’actualisant ? Cela pourrait expliquer le nombre important de doublons. Il serait plus probable que les moines de Saint-Vincent et l’officialité, face à l’intensité des procès des années 1270, aient voulu actualiser le « livre des procès ». Ils ont repris des actes où leurs possessions foncières étaient fragiles et l’ont enrichi d’autres chartes. Cette entreprise semble s’être engagée sur le long terme, entre 1260 et 1284, sous la direction de l’évêque du Mans et de son official qui ont validé les actes concernant leur ressort.

  • 81 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire… op. cit., p. 201.

35Les actes originaux jouent donc un rôle crucial dans la transmission de l’écrit à Saint-Vincent du Mans et sont le premier maillon de cette chaîne. L’authenticité du Liber Controversiarum repose donc sur la copie intégrale de l’acte alors que pour les Rotuli, Saint-Vincent innove en demandant la transcription d’un vidimus à l’évêque du Mans et à son officialité. Même si les rouleaux originaux manquent cruellement pour éclaircir l’ensemble des hypothèses avancées, il est réellement possible d’observer que l’écrit joue un rôle important dans la défense et la gestion du patrimoine d’une abbaye81.

Haut de page

Notes

1 De cette abbaye ont été conservés trois cartulaires : le Premier Cartulaire, composé dans les années 1140, est connu par une copie de Gaignières (BnF, latin 5444) qui a été publiée (Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Premier cartulaire, éd. Robert Charles et Samuel Menjot d’Elbenne, Mamers-Le Mans, 1886). Le second cartulaire, intitulé Liber Controversiarum, a été élaboré dans les années 1220 ; il est actuellement conservé à la médiathèque du Mans (ms 95) et a été publié par André Chédeville en 1968. Enfin, la copie de Gaignières (BnF, latin 5444) contient aussi un cartulaire nommé Rotuli et composé de 23 rouleaux transcrits dans les années 1270.

2 Autrefois située au niveau de l’actuelle rue Saint-Vincent, au nord de la ville du Mans. Plus rien ne subsiste de cette abbaye médiévale, hormis le palais de l’abbé du xive-xivsiècle et l’église abbatiale a été détruite au xixsiècle. L’ensemble des bâtiments a été reconstruit au xviiisiècle par les Mauristes et abrite aujourd’hui le lycée Bellevue. Pour plus d’informations, voir Redécouvrir l’abbaye Saint-Vincent du Mans, dir. André Lévy, Saint-Jean-Angély, Les éditions de la Reinette, 2002.

3 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Premier cartulaire, éd. cit.

4 Saint-Pierre de La Couture est une abbaye urbaine de même importance que celle de Saint-Vincent. Mais de celle-ci un seul cartulaire nous est parvenu, alors que l’inventaire de 1699 en mentionne au moins 6 (Archives Départementales de la Sarthe AC Le Mans 111 AC 889).

5 160 chartes pour les xiiexiiisiècles, réparties aux Archives Départementales de la Sarthe (ADS) entre la série H et J les archives communales du Mans ou encore dans les « Archives du Cogner » à la Bibliothèque nationale de France.

6 Le Premier Cartulaire date du xiisiècle (copie du xviie siècle), le Liber Contro-versiarum du xiiie siècle, de même que les Rotuli (copie du xviie siècle).

7 No 1982 Henri Stein, Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l’histoire de France, Paris, A. Picard, 1907.

8 Voir Liber Controversiarum Sancti Vincentii Cenomanensis ou le Second cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, éd. André Chédeville, Paris, Klincksieck, 1968.

9 Le dernier terme est illisible. Dom Colomb lit « Liber controversiarum et transactionum » : le livre des procès et des accords (Jean-Baptiste Colomb, Mémoires pour servir à l’histoire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Paris, Monnoyer 1866, p. XIV). Au regard du contenu des actes transcrits, cette hypothèse est plausible.

10 André Chédeville estime que cet accident est antérieur au xvie siècle car les scribes au service de Gaignières ont éprouvé des difficultés de lecture. Une copie des trois cartulaires (Premier Cartulaire, Liber Controversiarum et Rotuli) a été effectuée à la fin du xviie siècle et est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale de France sous la cote latin 5444.

11 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 21.

12 Les initiales ont été inscrites en petit module au début de chaque acte par le cartulariste dans la marge. Une place leur a été consacrée mais l’enlumineur n’est pas intervenu pour achever le travail.

13 Le chrisme et le signum semblent avoir été repris par les scribes pour le Premier Cartulaire du xiisiècle, d’après la copie de Gaignières (BnF, latin 5444).

14 Dont 4 lettres, 1 lettre patente et 7 vidimus.

15 Le scribe « A » est responsable de l’écriture des actes 1 à 252 et le scribe « B » a transcrit les chartes 253 à 355.

16 Ibid. p. 22.

17 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans…, éd. cit., p. VI.

18 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 24.

19 Des sous-ensembles se perçoivent toutefois clairement. Les actes 307 à 313 concernent Guillaume Doucelles, chevalier, qui vidime des chartes de donations antérieures. Dans les actes 314 à 317, Gautier le Boigne, lui aussi qualifié de miles, fait plusieurs donations à l’abbaye Saint-Vincent. Ce cahier semble être dédié aux actes des vicomtes, des chevaliers et des sénéchaux du Mans et d’Anjou tels que Geoffroy Mauchien et Guillaume des Roches. Enfin, les cartularistes ont transcrit dans le dernier cahier des actes de l’officialité, des chantres et des archidiacres du Mans. Néanmoins, ces séries assez cohérentes sont interrompues par quelques actes « hors sujet ».

20 Vraisemblablement conservé à l’abbaye Saint-Vincent, nous savons uniquement qu’il se composait de 134 folios, ibid.

21 Ibid., p. 25.

22 Par exemple dans l’acte 283 relate que Robert de Fresnay, prêtre, et son neveu Robert ont fait don à St Vincent d’un setier d’orge.

23 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 44. André Chédeville estime qu’il était inutile de compiler les affaires où l’abbaye perdait terres et droits. Les actes originaux de Saint-Vincent conservent cependant quelques traces de procès perdus qui se présentent comme des accords à l’amiable.

24 Liber Controversiarum Sancti Vincentii (LCV) 66, le contentieux à propos d’une cure, opposant l’abbaye de Saint-Vincent à Hugues de Juillé a été tranché par l’évêque du Mans, Guillaume.

25 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 44. Dans l’acte LCV 247, l’official du Mans scelle l’accord intervenu entre St-Vincent et Robert de Chevaigné en vertu duquel les porcs de l’abbaye ne vont plus se nourrir de glands dans le plessis dudit Robert et qu’en revanche, les porcs de ce dernier n’auront plus accès aux haies des moines de Sarcé.

26 Bibliothèque nationale de France, latin 5444. Henri Stein, Bibliographie générale des cartulaires français, op. cit., no 1982.

27 BnF latin 5444.

28 Médiathèque du Mans Louis Aragon, ms. 473.

29 ADS H 127 : « Le présent livre contient les affaires les plus considérables concernans l’establissement des pères religieux de la Congrégation de Saint-Maur, ordre de Saint-Benoist, en l’abbaye Saint-Vincent du Mans ». Voir Pierre Gasnault, « Découverte d’un feuillet du Premier Cartulaire de Saint-Vincent du Mans », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 125, 2, 1987, p. 430-433.

30 ADS, G 9, G 48, G 49, G 919, G 920, G 921 et G 922.

31 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans…, éd. cit., p. VII. Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 26.

32 Bien que cette explication puisse paraître superflue, André Chédeville mentionne le caractère inédit de ces rouleaux mais écrit : « Il est vrai que ses documents sont moins nombreux que ceux des deux cartulaires [Premier Cartulaire ?, Liber Controversiarum ?] et qu’ils figurent déjà souvent dans ces derniers », Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 27.

33 Hélène Toubert, « L’illustration des rouleaux médiévaux : les « Exultet » d’Italie médiévale », dans Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, dir. Henri-Jean Martin et Jean Vézin, Édition du cercle de la librairie, Promodis, Paris, 1990, p. 413-416.

34 Bilard a, dans sa copie, ajouté une numérotation des actes comportant de nombreuses erreurs que j’ai revues lors la transcription des Rotuli.

35 C’est une des caractéristiques des abbayes mancelles, y compris Saint-Vincent et la Couture : le chapitre abbatial n’est que très rarement l’auteur des chartes. Les abbés semblent préférer l’autorité de l’évêque du Mans et de son officialité.

36 Guillaume de Passavant (1142-1186).

37 Hamelin (1190-1214).

38 Maurice, futur archevêque de Rouen (1215-1231).

39 Le vidimus de ce rouleau est incomplet, la date manque. Nous l’avons associé aux autres en reprenant la logique observée.

40 Exemple de l’acte [68 (67)], première charte du rouleau « F » : « Universis presentes litteras inspecturis, officialis Cenomannensis, salutem in Domino. Noveritis nos anno domini 1270 litteras religiorum virorum abbatis et conventus Beati Vincentii Cenomannensis sigillo curie Cenomannensis sigillatas non cancellatas non abolitas nec in aliqua parte sui viciatas vidisse et diligenter inspexisse in hec forma ». Traduction : À tous ceux qui ces présentes lettres verront, l’official du Mans, salut dans le Seigneur. Sachez qu’en l’année du Seigneur 1270, nous avons vu et soigneusement inspecté la lettre des religieux hommes, abbé et couvent de Saint-Vincent du Mans, scellées du sceau de la Cour du Mans, ni annulées ni abolies ni corrompues en aucune partie, en cette forme : […] ».

41 Voir Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke et Benoit-Michel Tock, Diplomatique médiévale, Paris, Brepols, coll. « L’atelier du médiéviste », 1993, p. 286.

42 La numérotation erronée de Bilard est conservée ici entre parenthèses.

43 Le rouleau coté « AA » traite successivement de biens situés à La Guinebaudière, Courcemont, Congé, Le Grand-Lucé, Neuville, Saint-Calais-du-Désert, La Roirie, Souligné-sous-Vallon, Le Mont-Barbet, Marolettes et Dangeul. Trois actes ne portent pas d’indications topographiques sur le bien concerné.

44 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xiexiiie siècles), Paris, CTHS-Histoire, 2001, p. 200.

45 Pierre Chastang, ibidem, p. 138.

46 La copie de Gaignières n’en comporte pas, mais cela n’empêche pas qu’il y en ait eu sur les rouleaux originaux.

47 Pierre Chastang, ibidem, p. 190.

48 Laurent Morelle, « De l’Original à la copie : remarques sur l’évaluation des trans-criptions dans les cartulaires médiévaux », dans Les Cartulaires, Actes de la Table ronde (5–7 décembre 1991, Paris), Paris, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes », 1993, p. 91-104.

49 Voir Emmanuel Poulle, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Âge », Scriptorium, 50/2, 1996, p. 331-344.

50 C’est un fonds entreposé au département des manuscrits à la Bibliothèque nationale de France. Il tient son nom de la propriété de Julien Chappée, « Cogner », érudit et collectionneur sarthois du xixe siècle. Il a récolté des chartes des abbayes de l’Ouest dont 47 pièces de l’abbaye Saint-Vincent pour les xiiexviiie siècles.

51 Laurent Morelle, « De l’Original à la copie… », art. cit., p. 313.

52 Cet oubli sur la copie correspond vraisemblablement à une volonté de simplifier les formules.

53 Sic.

54 Sic. Le premier « r » a été exponctué.

55 Lire le manuscrit médiéval : observer et décrire, dir. Paul Gehin, Paris, Armand Colin, 2005, p. 71.

56 Liber Controversiarum…, éd. cit., p. 18.

57 Il aurait été plus logique de trouver une cotation numérique concernant les actes transcrits dans les Rotuli. Dans le cartulaire du xiiie siècle de l’abbaye normande Savigny, les numéros inscrits aux abords des actes concordent avec les mentions dorsales. Pierre Gasnault, « Les actes privés de l’abbaye Saint-Martin de Tours du viiie au xiie s. », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 112, 1954, p. 24–66. Pour l’abbaye mancelle Saint-Vincent, il existe bien un classement du chartrier effectué de cette manière mais il semble dater du xivexve siècle et ne concorde pas avec ce cartulaire.

58 ADS H 103,4.

59 Cette main apparaît derrière des actes inconnus des Rotuli : ADS H 96, 1 (1232), H 103, 1 (1277), H 103,3 (1280), H 103, 4 (1284) et H 262, 3 (1277). Toutes ces chartes ont été écrites par l’officialité de l’évêque du Mans.

60 Rouleau « S ».

61 Geoffroy Freslon (1260-1274), Geoffroi d’Assé (1274-1277) et Jean de Toulay (1277-1294).

62 Robert de Guerrine (1259-1266) et Jean II de Sainte-Justine (1266-1292).

63 Julie Péteul, Aborder l’histoire d’une communauté de femmes aux xiexiie siècles dans l’Ouest de la France. Étude des cartulaires de l’abbaye du Ronceray d’Angers, Mémoire de master 2, dir. Daniel Pichot, Université Haute-Bretagne, Rennes 2, Rennes, 2005.

64 Aucun document ne nous permet de savoir si une table existait sur les rouleaux originaux et non transcrites par le copiste au service de Gaignières. Cependant, les deux autres copies effectuées dans le manuscrit 5444 de la BnF, le Premier Cartulaire et le Liber Controversiarum, sont de bonne facture : une grande confiance peut donc être accordée à ce scribe et on peut penser qu’il n’existait pas de table à la tête des Rotuli.

65 Ces actes résumés concernent 63 actes sur les 91. Les autres actes résumés (24 ont été dénombrés) concernent quelques originaux.

66 Il n’existe à ce jour aucune étude sur l’officialité du Mans.

67 Olivier Guyotjeannin, « Juridiction gracieuse ecclésiastique et naissance de l’officialité à Beauvais… », art. cit., p. 295.

68 Guillaume de Passavant (1142-1186), l’évêque Renaud (1186-1190) n’est pas mentionné, Hamelin (1190-1214), Nicolas (1214-1216) Maurice (1216-1231) et Geoffroy de Laval (1231-1234).

69 Il ne semble avoir aucun lien avec les seigneurs de Sillé-le-Guillaume.

70 Série G et H des Archives Départementales de la Sarthe et les cartulaires des établissements séculiers et réguliers du Maine.

71 ADS H 98, 2 (1249).

72 Rotuli [83 (81)] (1252).

73 Rotuli [73 (72)] (1252)

74 Le Liber Controversiarum précise l’existence de Jean « clericus filius defuncti Garini de Guerrame » quand il donne en 1208 quelques biens comme le tiers du quart du moulin et l’étang de Champroux (LCV 225). Jean vend deux ans plus tard à Saint-Vincent plusieurs biens à Courgains (LCV 203). S’agit-il de la même personne évoquée dans les Rotuli ?

75 ADS H 102, 1.

76 Merci à Pierre Chastang pour cette idée. Voir Alain Provost, Domus Diaboli. Un évêque en procès au temps de Philippe le Bel, Belin, Paris, 2010, 366 p. Marie Dejoux, Gouverner par l’enquête au XIIIe siècle : les restitutions de Louis IX (1247-1270), thèse sous la direction de Laurent Feller, Paris I, soutenue en 2012.

77 Le préambule et les dépositions des cinq premiers témoins sont perdus. Nous ne pouvons donc pas savoir s’il a été transcrit par l’official du Mans. Une brève étude des pratiques de l’écrit de cette abbaye à montrer, comme à Saint-Vincent, une intervention importante de l’officialité mancelle dans les écrits de La Couture.

78 ADS H 33.

79 Les cartulaires sur rouleaux conservés aujourd’hui sont celui du prieuré du Vieux-Bellême, conservé aux Archives Départementales de l’Orne, celui de l’abbaye Notre-Dame de Grandselve aux Archives Départementales de la Haute-Garonne ; enfin, les Archives Départementales des Landes possèdent celui des clarisses de Mont-de-Marson.

80 Michel Parisse, « Étude d’un type diplomatique », dans Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles, Table ronde organisée par l’ARTEM, 6 et 7 juillet 1994, Nancy, dir. Michel Parisse, Benoit-Michel Tock et Pierre Péjeot, Turnhout, Brepols, coll. « Artem », 3, 1998.

81 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire… op. cit., p. 201.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ductus des notes dorsales des actes transcrits dans les Rotuli ADS H 96,1 (1232)
Crédits Photo de l’auteur
URL http://questes.revues.org/docannexe/image/3561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Ravary, « Du codex au volumen : les actes dans les cartulaires de l’abbaye Saint-Vincent du Mans au xiie siècle », Questes, 29 | 2015, 95-113.

Référence électronique

Sophie Ravary, « Du codex au volumen : les actes dans les cartulaires de l’abbaye Saint-Vincent du Mans au xiie siècle », Questes [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 21 juin 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://questes.revues.org/3561 ; DOI : 10.4000/questes.3561

Haut de page

Auteur

Sophie Ravary

Université Rennes 2, CERHIO

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org