Navigation – Plan du site

Conclure la paix avec les révoltés. La paix de Tournai (1385) dans les Chroniques de Jean Froissart

Věra Vejrychová
p. 57-73

Entrées d’index

Keywords :

city, peace, rebellion
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’introduction de Gaston Raynaud à l’édition du Livre II pour la Société de l’Histoire de Fran (...)
  • 2 Sur le problème de la fin du Livre II, voir Peter Ainsworth, « Froissart and his Second Book », dan (...)

1Les Chroniques de Jean Froissart sont composées de quatre livres, parmi lesquels le livre II couvre la période des années 1377-1385 et représente une version abrégée et découpée de sa Chronique de Flandre1. Sans entrer dans les problèmes de la chronologie de la rédaction de ces deux chroniques, nous pouvons constater l’importance primordiale que Froissart accordait aux événements en Flandre. Il s’étend en effet longuement sur le récit de la guerre qui touche le comté, et son deuxième livre (d’après la classification des éditeurs modernes), qui pourtant traite de matières très diverses, tant françaises qu’anglaises, écossaises ou ibériques, s’achève par la conclusion de la paix entre le roi de France Charles VI, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne et comte de Flandre, et la ville de Gand. Il s’agit du traité de Tournai signé le 18 décembre 13852.

  • 3 Voir Léon Mirot, Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380‑1383), Paris, Alb (...)
  • 4 Léon Mirrot, Les insurrections urbaines, op. cit., p. 84‑85 ; Claude Gauvard, « De grace especial »(...)
  • 5 Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne), dir (...)
  • 6 Surtout Marc Boone, Gent en de Bourgondische hertogen ca 1384 – ca 1453 : Een sociaal-politieke stu (...)
  • 7 Parmi la bibliographie très riche à ce sujet, voir en particulier Walter Prevenier et Wim Blockmans (...)
  • 8 Voir aussi l’article de Jean Devaux, « Froissart et les troubles de Flandre : ressorts et enjeux d’ (...)

2La guerre gantoise (1379-1385) se déroula dans un contexte historique marqué par de nombreuses insurrections urbaines dans le royaume de France liées à l’avènement de Charles VI et à la question fiscale3. Les historiens sont restés réservés, ou du moins prudents, quant à la recherche des liens directs entre les cas flamand et français4, mais les chroniqueurs de l’époque percevaient clairement leur dénominateur commun. Il s’agissait à leurs yeux d’une révolte contre l’autorité princière, révolte qui risquait réellement de se propager et de contaminer d’autres régions. La question des villes rebelles reste inséparablement liée aux recherches portant sur les problématiques urbaines et elle a fait récemment l’objet d’une étude diachronique comparatiste5. Le cas gantois présente une certaine spécificité dans le cadre des pouvoirs politiques coexistant à l’intérieur du comté de Flandre, et la longue durée de ses conflits, dont le cœur se situe sous le règne de Philippe le Bon et Charles le Téméraire, a été déjà amplement étudiée6. Le présent article ne vise point à ajouter d’autres éléments à cette problématique liée à la formation des États modernes7. Il s’agira ici d’observer le mécanisme de la révolte dans un cas particulier, en mettant l’accent sur les possibilités de trouver la réconciliation et de parvenir à la paix. À cette fin, nous nous intéresserons à la mise en récit et au choix des perspectives narratives propres à l’écriture de Jean Froissart, qui nous permettront de mieux appréhender sa façon d’envisager ces multiples sources de pouvoirs8.

La notion de révolte dans les Chroniques

  • 9 Jan Dumolyn et Jelle Haemers, « Patterns of urban rebellion in medieval Flanders », art. cit., p. 3 (...)

3La révolte urbaine constitue un phénomène aux multiples aspects. Elle peut, pour les témoins, désigner un mouvement purement contestataire, ou bien être envisagée comme une prise de parole violente qui vise à remplacer le déséquilibre dans le dialogue entre les pouvoirs, voire l’absence de celui-ci9. Jean Froissart discernait-il les possibilités d’une critique politique à l’intérieur de ces mouvements ? Accordait-il une légitimité à l’expression du mécontentement de la ville, lui qui a passé sa vie à vouloir s’intégrer dans une société de cour, alors qu’il était issu du milieu urbain ? L’enjeu de cette question est de comprendre si l’auteur conçoit la révolte comme une simple négation de la paix, ou si, de manière moins tranchée, il l’admet en tant qu’une solution possible aux problèmes liés à l’exercice du pouvoir dans la ville.

  • 10 Pour le concept du « commun » voir Jelle Haemers et Dries Merlevede, « Le commun se esmeut. Een ond (...)
  • 11 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 167.
  • 12 « Car vous savés ou vous avés oï dire les sages que li diables soutille et atisse nuit et jour à bo (...)
  • 13 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 161-170.
  • 14 Jean Devaux, « Froissart et les troubles de Flandre », art. cit., p. 85-87, propose une autre lectu (...)
  • 15 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 158-159.

4De prime abord, Froissart dépeint la rébellion urbaine comme un mouvement du « commun » qui se laisse facilement manipuler par les démagogues habiles, mais qui exerce à son tour une influence majeure sur les autorités de la ville10. Cette confusion des rôles aboutit à une incertitude puisque les garanties traditionnelles de la paix sont brisées par une usurpation de pouvoir. Ceux qui s’opposeront en premier lieu au comte de Flandre, les « chaperons blancs », dont la révolte est menée par l’ancien doyen des bateliers Jean Yoens, sont, aux dires du chroniqueur, « les compaignons qui trop plus chier avoient la guerre que la pais11 ». Or, dans la pensée froissartienne et plus généralement médiévale, la guerre en tant qu’œuvre du Diable est liée à la haine, et fonctionne en opposition au couple paix/amour12. Toutefois, il faut noter qu’au moment même où se noue l’intrigue de la narration, la ville de Gand est déjà la scène de multiples concurrences et cette présence latente de la haine entre certains métiers, certaines familles, ne fait que s’étendre à l’ensemble des liens sociaux par l’intermédiaire de la convoitise et du manque de sagesse politique du comte13. En effet, Louis de Flandre, quoiqu’il ne soit pas présenté explicitement comme coupable, est impliqué dans tous les motifs qui engendrent ou approfondissent le mécontentement dans la ville et déclanchent la révolte14. L’ébranlement de l’ordre politique n’est donc qu’un simple signe visible d’une précarité de paix, paradoxalement nourrie par le comte même. Dès le début, la narration se présente comme un contrepoint de l’éloge du comte dans le prologue des événements et de la tranquillité qui règne sur le pays15.

  • 16 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 176-177, 183-184. Pour le rôle des bannières dans le (...)
  • 17 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 240, 249. Voir Peter Ainsworth, « Du berceau à la b (...)
  • 18 Voir Xavier Nadrigny, « Espace public et révolte à Toulouse à la fin du Moyen Âge (v. 1330-1444) », (...)
  • 19 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 243, 287.

5Le début de la désobéissance gantoise est marqué par les atteintes à l’autorité de Louis de Male, à travers le meutre de son bailli, l’incendie du château de Wondelgem, le déchirement de sa bannière16. Cette violence symbolique se manifeste de nouveau après la victoire gantoise de Beverhoutsveld en mai 1382, lors du pillage du château à Male, qui s’accompagne de la destruction des fonts baptismaux du comte et d’autres objets liés à son enfance, et donc au fondement de son identité17. De telles attaques ne sont guère exceptionnelles dans le contexte des révoltes. Bien au contraire, elles s’inscrivent dans une logique gestuelle qui régit ces mouvements apparemment chaotiques18. Aussi Philippe d’Artevelde, qui est à son apogée au moment du triomphe de la ville sur le comte de Flandre, essaie-t-il de légitimer sa position dans une perspective symbolique. Il adopte un mode de vie princier sur le plan vestimentaire et comportemental, usant du titre de « regars de Flandres », offrant des banquets, faisant preuve de dépenses ostentatoires et choisissant les armes19.

  • 20 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t 9, p. 178-179, 211 ; t. 10, p. 150-151.
  • 21 Philippe Contamine, « Jean Froissart, chroniqueur des “menues gens” », dans Froissart dans sa forge (...)
  • 22 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 101.
  • 23 Ibid., t. 9, p. 170.
  • 24 Voir Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 218-219.

6Le mouvement de la révolte ne se distingue pas seulement par le recours à la violence, mais aussi par une atmosphère de peur, suscitée par le nouveau pouvoir, qui cherche à renforcer sa position, mais qui en réalité ne crée qu’une illusion de la stabilité. Ceux qui désirent la réconciliation avec le comte – les notables, riches et sages – se sentent constamment menacés, si bien qu’ils acceptent, par crainte, que la ville s’éloigne progressivement de toute possibilité de paix20. Or, si Froissart s’acharne à dénoncer les révoltes, c’est parce qu’elles ne résolvent point la situation souvent dramatique de la population touchée par la fiscalité, qu’il note avec une compassion grandissante21. Bien au contraire, non seulement ces turbulences renforcent les souffrances physiques, mais elles engendrent aussi la stagnation économique et l’appauvrissement général. Il faut néanmoins nuancer ce propos et le mettre en regard de la position de l’auteur vis-à-vis de la révolte paysanne anglaise qui éclate au même moment. Cette dernière est aux yeux du chroniqueur liée au problème du mauvais gouvernement, mais la remise en cause du servage, cette « grant derverie22 », entraînerait la déchéance des nobles du monde entier. Cette condamnation résolue, nous ne la retrouvons pas dans le cas des rebellions urbaines. Certes, celles-ci sont elles aussi mues par « mescheans gens », « pendaille et ribaudaille23 », termes ayant sous la plume de l’auteur une signification aussi bien sociale que morale, mais les exigences de la ville ne sont jamais directement contestées24.

Les possibilités de la concorde. Voie de paix ou voie de guerre ?

  • 25 Marc Boone, « Dutch revolt and the medieval tradition of urban dissent », The Journal of Early Mode (...)
  • 26 Jean-Marie Moeglin, « À la recherche de la “paix finale”. Guerre et paix dans les relations des roi (...)
  • 27 Voir Jacques Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440), (...)
  • 28 Il s’agit du thème récurrent dans toutes les chroniques, voir Jelle Haemers et Dries Merlevede, « L (...)
  • 29 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 216.
  • 30 Ibid., p. 211.

7La guerre gantoise fait ressortir les rivalités dans la ville même, les tensions et concurrences avec d’autres villes flamandes, Bruges notamment, mais elle se place surtout sous le signe de la lutte avec le pouvoir seigneurial, que Marc Boone appelle « grande tradition de la révolte »25. La position conciliatrice initiale du comte rend justice au comportement codifié par les théories du pouvoir princier. Il faut d’abord épuiser toutes les voies non violentes de la réconciliation, dont seul l’échec légitime le recours aux armes26. Le discours central des deux parties s’articule alors autour de la notion du lien d’amour qui doit les unir l’une à l’autre27. Les Gantois avancent que le comte a manqué à son obligation en attentant aux libertés municipales de Gand28. Dans un sermon public prononcé à Gand après la première paix de Tournai (1379), Louis de Male tente de prouver qu’au contraire, il leur avait toujours conservé son amour, assurant leur prospérité économique et la paix intérieure29. Aussi, la promesse de venir siéger dans la ville fait-elle partie de la première entente comme le symbole suprême de la réconciliation et de l’amour renouvelé30.

  • 31 Voir Xavier Nadrigny, « Espace public et révolte à Toulouse », art. cit., p. 321‑335. Pour la signi (...)
  • 32 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 42.

8L’échec de cette tentative de restaurer la paix éclate aussitôt, lorsque le comte, mécontent, quitte la ville sans prendre congé. Malgré la joie apparente dont témoignaient les notables à sa venue, une grande partie de la ville a fait preuve de non-respect envers son seigneur. Froissart condamne à plusieurs reprises cet orgueil, qui est le moteur principal de toutes les révoltes, entraînant non seulement un dommage matériel causé par la guerre, mais aussi et surtout un dommage moral.31 L’intransigeance des deux adversaires et l’impossibilité de trouver un chemin de concorde marquent alors la deuxième étape du conflit. Les conditions avancées par le comte lors des conférences à Harelbeke (1381), parmi lesquelles celle d’obtenir deux cents otages, se heurtent au refus d’une partie des Gantois, menée par Philippe d’Artevelde32. En avril 1382, lors de la conférence de Tournai, le comte exige que la ville se rende entièrement à sa merci.

  • 33 Jean-Marie Moeglin, « Pénitence publique et amende honorable », Revue historique, 298, 1997, p. 225 (...)
  • 34 Voir Peter Arnade, Realms of Ritual, op. cit., p. 95‑126 ; Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des (...)
  • 35 Voir Jean-Marie Moeglin, Les bourgeois de Calais, Paris, Albin Michel, 2002.
  • 36 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 216‑219.

9Cette demande n’est pas sans rapport avec la deditio in misericordiam, ou l’harmiscara. Il s’agit du rituel qui repose sur l’attitude d’humiliation du suppliant. Exécution symbolique de ce dernier, elle se substitue à la punition réelle, faisant ainsi appel à la miséricorde du prince33. Bien qu’elle partage beaucoup d’éléments avec « l’amende honorable » – une pratique fréquente de la punition publique pour les individus comme pour les villes – ce rituel s’en démarque par l’emploi de la violence physique, ne serait-ce que symbolique. En effet, à l’exigence classique de l’humiliation vestimentaire (chemise sans ceinture, tête nue) et gestuelle (génuflexion) qui se déroula de façon spectaculaire lors des conflits postérieurs avec Philippe le Bon et Charles le Téméraire34, s’ajoute dans la situation observée une corde au cou que doivent porter tous les hommes âgés de quinze à soixante ans. Philippe d’Artevelde expose alors à la communauté de la ville, dans un discours fort habile et manipulateur, le choix qui se présente à eux : la voie de paix proposée par le comte, qui leur coûterait de nombreuses vies, dit-il, ou la voie de guerre. Sur ce point, les Chroniques offrent la comparaison avec la ville de Calais, qui s’est trouvée confrontée à la même exigence similaire en 134735. Dans les deux cas, le chroniqueur joue sur le registre de l’incertitude. Le geste sacrificiel des bourgeois de Calais est marqué par très peu de confiance en la miséricorde d’Édouard III. Ce geste se présente effectivement comme l’aboutissement d’un cheminement affectif du roi, qui passe de la colère à la pitié. Et c’est précisément grâce à la certitude que le châtiment ne se limiterait pas à la sphère symbolique, que d’Artevelde réussit à convaincre la ville de continuer la rebellion36.

  • 37 Le motif du comte trouvant le refuge chez une pauvre femme a attiré de nombreux commentaires, voir (...)
  • 38 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 217‑218. Pour l’usage archétypique du peuple d’Isra (...)
  • 39 Peter Ainsworth, « Du berceau à la bière », art. cit., p. 130‑131, et Jean Devaux, « Froissart et l (...)
  • 40 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 205-212.
  • 41 Ibid., t. 10, p. 223.

10Les événements qui font suite à la décision de poursuivre la guerre, donnent raison à d’Artevelde puisque Gand remporte à Beverhoutsveld une victoire écrasante sur le comte, qui ne parvient à s’échapper qu’au prix d’une humiliante retraite37. Le narrateur se délecte à peindre ce renversement complet de l’ordre social. Sa justification morale repose sur le récit tissé comme un exemplum. Dans un premier temps, la démarche militaire des Gantois est rapportée comme un jugement de Dieu. La narration met l’accent sur leur dévotion (ils se confessent, communient et assistent à de longs sermons). Le capitaine et les frères mineurs, qui accompagnent l’ost, décrivent les Gantois comme Judith luttant contre Holopherne, comme le peuple d’Israël face au pharaon38. L’identification des rebelles aux innocents opprimés, tourmentés par la faim, et la mise en valeur de leur souffrance plaident en faveur de la justesse de leur combat39. Pourtant, ce retournement de la logique narrative n’est possible que par la mise en accusation de l’autre partie. Froissart, certes, ne conteste pas la nécessité de l’autorité seigneuriale. Cependant, il présente Louis de Male dans une série de situations où celui-ci ne fait preuve d’aucune pitié envers ses sujets, lequel sentiment est partagé par son conseil, où l’on trouve entre autres Gilbert Mahieu. Or, c’est lui qui a par ses manipulations déclenché la révolte. Le comportement du comte, qui ne tient aucun compte de l’humilité, de la solidarité mutuelle et du désir des Gantois d’avoir la paix, constraste avec celui de la duchesse de Brabant et fait étrangement écho au court épisode enchâssé dans ce récit, où Froissart raconte la révolte de Paris. La ville s’est en effet rebellée parce que le roi refusait de faire son entrée, preuve que le lien d’amour était brisé40. Dans la polyphonie de la narration, Froissart fait résonner la voix haute des Gantois : « Trop de fois la ville de Gand avoient requis et priiet merci envers leur signeur le conte, et point n’i avoient peut venir sans trop grant confusion et damage41 », et de manière plus subtile, il se fait l’écho de ces accusations. En refusant la clémence, en imposant un châtiment cruel à ses sujets, le comte de Flandre adopte un comportement quasiment tyrannique. C’est alors Dieu lui-même qui accorde la miséricorde à son peuple.

  • 42 Ibid., p. 236. Le motif de la punition de l’orgueil est également développé dans les récits des mor (...)

11Dans un deuxième temps, le récit, dont la logique motrice repose sur la figure du couple victime/coupable, dépeint l’orgueil des Gantois, accru davantage grâce à leur victoire. Une telle attitude appelle nécessairement un nouveau jugement de Dieu, la bataille de Roosebeke le 27 novembre 1382, qui se solde par la défaite des rebelles et la mort de leur chef, Philippe d’Artevelde42. Ainsi, Froissart réussit à inclure les exploits de ceux qui renversent l’ordre naturel du monde, dans le cours de l’histoire en développant une causalité morale et providentielle. L’une et l’autre partie sont à blâmer à des moments différents du conflit mais finalement, les deux grandes victoires militaires n’apportent aucun résultat durable, aucune « bonne paix », tant fait défaut la volonté de trouver un compromis.

La « soumission » de Gand

  • 43 Voir Claude Gauvard, « De grace especial », op. cit., p. 849‑893 et 907‑920 ; Jacques Krynen, Idéal (...)
  • 44 Voir le récit du châtiment de Paris en 1383 de Jean Juvénal des Ursins, « Histoire de Charles VI, r (...)

12Au bout de six ans, la voie de la guerre a montré son inefficacité dans la résolution des problèmes politiques et économiques en Flandre. C’est donc l’épuisement des révoltés qui pourra finalement mener à la conclusion de la « bonne paix ». Le vocabulaire désignant la volonté des Gantois de trouver une réconciliation avec le comte de Flandre se fonde sur les notions de pitié, merci, grâce et miséricorde. Cette transposition du registre religieux dans le domaine politique est bien connue et elle est liée tout au long du Moyen Âge à l’image du seigneur justicier43. Des chroniqueurs comme Michel Pintoin ou Jean Juvénal des Ursins, qui se veulent les défenseurs de l’idée sacrée de la royauté, proposent des récits exemplaires de la soumission des villes qui se révoltèrent contre Charles VI au début de son règne. Le châtiment s’impose comme une première étape et implique le refus du prince de communiquer – ne serait-ce que gestuellement – avec ses sujets, malgré leur attitude repentante. Le pardon et l’effusion de la clémence constituent la deuxième étape seulement du processus de retour à la paix, celle du renouvellement des liens dans le corps mystique du royaume44.

  • 45 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 283.
  • 46 Pour le topos de l’œuvre pacificatrice de Dieu voir Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, (...)
  • 47 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 292.

13Or, ce « modèle royal » du rétablissement de la concorde, tracé par l’historiographie officielle, ne correspond pas au témoignage de Jean Froissart. Malgré les méfaits commis, aucun châtiment n’est infligé à la ville de Gand et la paix est conclue dans les circonstances les plus surprenantes. En effet, le chroniqueur rapporte la division de la ville moralement polarisée entre le camp des « mauvais et rebelle45 » et ceux qui souhaitent que la révolte prenne fin. Le récit de leur affrontement est particulièrement dramatisé par la multiplication des pièges préparés par les adversaires de la paix. De plus, Froissart met en relief le motif de l’intervention divine qui non seulement éveille les Gantois à la volonté de venir à la paix, mais qui protège aussi constamment ceux qui mènent les négociations secrètes avec le duc de Bourgogne46. Leur victoire est condensée dans le récit de la marche sous la bannière du comte de Flandre au cri « Flandres au lion ! Le signeur ou païs ! Pais en la bonne ville de Gand, quité et pardonné de tous malefisses fais !47 ». La bannière du comte, déchirée et déshonorée au début de la révolte, devient alors le symbole du retour à l’obéissance. Le cri, qui a pour but de rassembler les partisans de la paix, représente à la fois une proclamation identitaire et la reconnaissance de la faute.

  • 48 Le dossier des négociations avec la ville de Gand fut publié dans De Rekeningen der Stad Gent. Tijd (...)
  • 49 « ... tout bien montés, ne onques ne descendirent de leurs cevaulx, quant li dus et ces dames vinre (...)
  • 50 Klaus Oschema, « Espaces publics autour d’une société de cour : l’exemple de la Bourgogne des ducs (...)
  • 51 Pour le thème de la femme pacificatrice voir Nicolas Offenstadt, Faire la paix, op. cit., p. 112‑12 (...)

14De façon symptomatique, cette reconnaissance n’arrive qu’après la promesse accordée aux Gantois par Philippe le Hardi, devenu comte de Flandre à la mort de son beau‑père, de confirmer leurs anciens privilèges. Nous retrouvons le même schéma relationnel lors du parlement ouvert le 7 décembre 1385 à Tournai, qui aboutit à la conclusion d’un traité de paix (il s’agit en réalité d’une lettre de pardon scellée par le sceau du duc de Bourgogne)48. Le comportement des ambassadeurs gantois montre un écart considérable par rapport à la norme car ils ne font pas preuve de l’humilité attendue et commettent une transgression des hiérarchies sociales en saluant le couple ducal sans descendre de leurs montures49. En bon négociateur, Philippe le Hardi choisit de « chercher un compromis et de trouver un moyen d’affirmer son pouvoir de manière consensuelle50 ». Il est à noter que le duc, lui, procède comme attendu : il se laisse convaincre par les dames présentes d’être clément, motif cher à Froissart, et qui, bien que purement discursif, contribue fortement à la construction de la scène de la conciliation51.

  • 52 Chronique du Religieux de Saint-Denys, p. 406.
  • 53 Ibid., p. 406‑409.
  • 54 Voir Bernard Guenée, « Fiction et réalité », art. cit., p. 3‑13.

15La comparaison avec d’autres sources quant à l’attitude des Gantois vis-à-vis du duc de Bourgogne est tout aussi intéressante. La perspective proposée par Michel Pintoin est celle de la soumission nécessaire à la majesté et à l’inépuisable clémence royale parce que c’est « une imprudence et une folie de résister plus longtemps à notre roi et seigneur naturel52 ». Le long discours de l’envoyé gantois devant le roi, que l’on ne trouve pas ailleurs, est également empli d’humilité et offre la pleine reconnaissance de la faute. Lors de la rencontre à Tournai, les Gantois font preuve d’orgueil par leurs habillements pompeux qui scandalisent le côté français, mais la situation est sauvée par leur humiliation devant le roi. Ils se prosternent à terre et supplient le roi de leur pardonner53. Contrairement à ce que suggère le récit, Charles VI ne fut pas présent à Tournai mais cette scène aurait dû se dérouler ainsi selon le chroniqueur54.

  • 55 Istore et croniques de Flandre, éd. Joseph-Bruno-Marie Kervyn de Lettenhove, t. 2, Bruxelles, F. Ha (...)
  • 56 Istore et croniques de Flandre, éd. cit., p. 379.
  • 57 Sur l’imitation du « modèle royal » par les ducs de Bourgogne (en particulier au xvsiècle), voir (...)
  • 58 Istore et croniques de Flandre, éd. cit., p. 379.

16En revanche, la chronique flamande anonyme publiée par le baron Kervyn de Lettenhove présente une tout autre image de la ville55. Les bourgeois de Gand agissent avec une assurance bien marquée et n’hésitent pas à faire étalage de leurs richesses sans pourtant faire preuve d’une attitude orgueilleuse. L’image du prince justicier fait pleinement place à la miséricorde car le duc, en écoutant leur humble supplication, ne peut se tenir « sans larmoier par pitié56 ». La présence féminine des duchesses de Bourgogne et de Brabant est totalement effacée et leur fonction de vecteur d’apaisement de la colère princière perd toute sa pertinence puisque les représentants de la ville font déjà preuve suffisante d’humilité. Ainsi, cette narration invite-t-elle à considérer l’exemple idéal de la pacification où les deux parties observent le comportement conforme aux théories politiques de plenituto potestatis du pouvoir seigneurial57. Elle propose une opinion très bienveillante envers « le noble duc très-piteus et débonnaire58 », tout en mettant en exergue la dignité et l’importance des villes flamandes.

  • 59 Le texte du traité réproduit dans Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 298‑306. Pour l’i (...)

17Est-ce donc uniquement dans le récit froissartien que l’orgueil gantois subsiste jusqu’à la conclusion de la paix et même au-delà ? La clé pour répondre à cette question repose dans le texte même du traité de Tournai. Celui-ci fut très favorable à la ville. Il garantissait l’amnistie générale et confirmait les privilèges de la ville, créant ainsi les fondements de la légitimation des revendications gantoises face au centralisme bourguignon tout au long du xve siècle59.

  • 60 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 298.

Philippes, fils du roi de France […], savoir faissons que, comme nos bien amé soubgés […] aient humblement supplié à nostre sire le roi et à nous que de eux vossissons avoir pité, merchi et miséricorde […], laquelle grace et pardon les dis de Gand […] ont reçeu très humblement60.

18Nous avons noté, au moment de la réconciliation, l’absence des gestes pénitentiels de la part des Gantois ainsi que d’une amende honorable quelconque (celle-ci n’a pas été infligée pour la simple raison que Gand n’avait pas été pas battue militairement). En revanche, la lettre de pardon met en scène les attitudes attendues – humilité d’une part et miséricorde d’autre part. Ce document, à travers les expressions figées du langage diplomatique, légitime de manière importante l’entente entre les deux parties et la venue de la paix.

19De manière générale, Jean Froissart condamne la révolte contre l’autorité princière. Il est pourtant loin de partager l’attitude tranchée des « chroniqueurs royalistes ». Il n’emploie jamais le mot scandalum dans le sens moral ni même le terme de lèse‑majesté. Contrairement au Religieux de Saint-Denis ou à Jean Juvénal des Ursins, il n’approuve pas le châtiment cruel des villes rebelles. Dans le cas particulier de Gand, il tisse son récit en exploitant diverses perspectives de telle manière que la notion de la culpabilité puisse s’appliquer à des figures différentes, et c’est ainsi qu’il émet, en filigrane, ses sympathies pour le peuple souffrant, mais aussi son opinion sur les possibilités d’exprimer une critique politique vis-à-vis du pouvoir princier, lorsque celui-ci se montre défaillant. Les notables bourgeois doivent garantir le cadre légitime dans lequel se déroule ce dialogue. Mais d’autres habitants de la ville peuvent, eux aussi, être dotés de qualités morales, sagesse ou prudence, qui devraient être mises au service du maintien de la paix à l’intérieur de la ville et dans la relation avec le seigneur. Dans le cas de Gand, c’est la volonté de la ville toute entière de revenir à la paix, temporairement suspendue, qui crée une condition absolument indispensable pour pouvoir trouver la réconciliation. Par conséquent, la ville apparaît à la fois comme le sujet qui doit à un certain niveau faire preuve de repentir, et comme un élément puissant et actif dans le processus de la paix. Le rôle de Philippe le Hardi n’est pas négligeable non plus, puisqu’il est tout aussi déterminé à trouver la concorde, malgré l’insulte faite à sa personne. Aussi, son comportement contraste-t-il avec l’attitude irréconciliable de Louis de Male qui refusait d’inclure les Gantois dans le traité de paix lors des négociations à Leulinghen au tournant des années 1383-1384, et qui portait alors, selon les voix anonymes, une grande partie de la responsabilité de leur échec. Le mécanisme du cheminement vers la paix apparaît donc comme un problème complexe conditionné par la volonté de chacune des parties de chercher le compromis, aspect que Froissart développera davantage dans les deux derniers livres des Chroniques, ponctués par les échecs des belligérants à trouver la paix dans le conflit franco-anglais.

Haut de page

Notes

1 Voir l’introduction de Gaston Raynaud à l’édition du Livre II pour la Société de l’Histoire de France, t. 9, p. 1‑13 ; George T. Diller, Attitudes chevaleresques et réalités politiques chez Froissart, Genève, Droz, 1984, p. 21‑22. Pour les éditions des Chroniques, je me réfère à l’édition de Siméon Luce, Gaston Raynaud, Léon Mirot et Albert Mirot, Paris, Jules Renouard, coll. « Société de l’Histoire de France », 1868‑1975, 15 volumes.

2 Sur le problème de la fin du Livre II, voir Peter Ainsworth, « Froissart and his Second Book », dans War, Government and Power in Late Medieval France, dir. Christopher Allmand, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 21‑36.

3 Voir Léon Mirot, Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380‑1383), Paris, Albert Fontemoing, 1905. La guerre gantoise de 1379‑1385 a fait l’objet d’une synthèse par Roger Demuynck dans son article « De Gentse Oorlog (1379-1385). Oorzaken en karakter », Handelingen Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, 5, 1951, p. 305‑318 ; Christiane Raynaud, « Les villes flamandes et la guerre (1379‑1385) dans la Chronique dite des Cordeliers », dans Villes en guerre. Actes du colloque tenu à l’Université de Provence (8‑9 juin 2006), dir. Christiane Raynaud, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 137‑159.

4 Léon Mirrot, Les insurrections urbaines, op. cit., p. 84‑85 ; Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, t. 2, Paris, PUPS, 1991, p. 564‑565.

5 Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne), dir. Patrick Gilli et Jean-Pierre Guilhembet, Turnhout, Brepols, 2012.

6 Surtout Marc Boone, Gent en de Bourgondische hertogen ca 1384 – ca 1453 : Een sociaal-politieke studie van een staatsvormingsproces, Brussel, Paleis der Academiën, 1990. Voir aussi Jan Dumolyn et Jelle Haemers, « Patterns of urban rebellion in medieval Flanders », Journal of Medieval History, 31, 2005, p. 369-393.

7 Parmi la bibliographie très riche à ce sujet, voir en particulier Walter Prevenier et Wim Blockmans, Les Pays-Bas bourguignons, Paris, Albin Michel, 1983.

8 Voir aussi l’article de Jean Devaux, « Froissart et les troubles de Flandre : ressorts et enjeux d’un conflit (1379‑1382) », dans Actes du colloque international “Jehan Froissart” (Lille III – Valenciennes, 30 sept.-1er oct. 2004), dir. Marie-Madeleine Castellani et Jean-Charles Herbin, Paris, Société de langue et de littérature médiévales d’Oc et d’Oïl, 2006, p. 81‑98, qui met l’accent sur le déroulement du conflit. La pertinence des Chroniques pour l’histoire des Pays-Bas est discutée par Jan van Heerwaarden, « The War in the Low Countries », dans Froissart : Historian, dir. John J. N. Palmer, Woodbridge, Boydell Press, 1981, p. 101‑117. 

9 Jan Dumolyn et Jelle Haemers, « Patterns of urban rebellion in medieval Flanders », art. cit., p. 371-372.

10 Pour le concept du « commun » voir Jelle Haemers et Dries Merlevede, « Le commun se esmeut. Een onderzoek naar het politieke optreden van het “gemeen” in het kader van de Gentse opstand (1379-1385) », Revue belge de philologie et d’histoire, 88/2, 2010, p. 177-204.

11 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 167.

12 « Car vous savés ou vous avés oï dire les sages que li diables soutille et atisse nuit et jour à bouter guerre et haïnne là où il voit pais… ». Ibid., t. 9, p. 159. Voir aussi Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge. Discours et gestes de paix pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 31‑48.

13 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 161-170.

14 Jean Devaux, « Froissart et les troubles de Flandre », art. cit., p. 85-87, propose une autre lecture. Selon lui, Froissart dresse le portrait purement laudatif du comte.

15 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 158-159.

16 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 176-177, 183-184. Pour le rôle des bannières dans les conflits voir Peter Arnade, Realms of Ritual. Burgundian Ceremony and Civic Life in Late Medieval Ghent, Ithaca/London, Cornell University Press, 1996, p. 95‑126.

17 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 240, 249. Voir Peter Ainsworth, « Du berceau à la bière : Louis de Male dans le deuxième livre des Chroniques de Froissart », dans Dies Illa. Death in the Middle Ages. Proceedings of the 1983 Manchester Colloquium, dir. Jane Taylor, Liverpool, F. Cairns, 1984, p. 125‑152.

18 Voir Xavier Nadrigny, « Espace public et révolte à Toulouse à la fin du Moyen Âge (v. 1330-1444) », dans Lespace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, dir. Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt, Paris, Puf, 2011, p. 321‑335. Pour l’analyse des gestes dans les situations conflictuelles entre les ducs de Bourgogne et leurs bonnes villes, voir Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies : essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols, coll. « Studies in European Urban History », 4, 2004, p. 293‑325. Généralement, pour « les rites de la révolte urbaine », voir Claude Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, coll. « Les Médiévistes français », 5, 2005, p. 206‑213.

19 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 243, 287.

20 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t 9, p. 178-179, 211 ; t. 10, p. 150-151.

21 Philippe Contamine, « Jean Froissart, chroniqueur des “menues gens” », dans Froissart dans sa forge, actes du colloque réuni à Paris, du 4 au 6 novembre 2004, dir. Michel Zink et Odile Bombarde, Paris, De Boccard, 2006, p. 33‑52 ; Jan Dumolyn, « Le povre peuple estoit moult opprimé : Elite discourses on the “people” in the Burgundian Netherlands », French History, 23/2, 2009, p. 171-192, en particulier p. 188-189.

22 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 101.

23 Ibid., t. 9, p. 170.

24 Voir Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 218-219.

25 Marc Boone, « Dutch revolt and the medieval tradition of urban dissent », The Journal of Early Modern History, 11/4-5, 2007, p. 351-375.

26 Jean-Marie Moeglin, « À la recherche de la “paix finale”. Guerre et paix dans les relations des rois de France et d’Angleterre au xive siècle : références normatives et pratiques politiques », dans Frieden schaffen und sich verteidigen im Spätmittelalter/Faire la paix et se défendre au Moyen Âge, dir. Gisela Naegle, Munich, Oldenbourg, 2012, p. 51‑82. Voir aussi Martin Nejedlý, « Já, válka, hodlám každému poroučet ! Středověká poezie jako pramen k pochopení dobového diskursu o válce a míru », Acta Universitatis Carolinae – Historia Universitatis Carolinae Pragensis, t. 52, suppl. 1, 2012, p. 101‑109.

27 Voir Jacques Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440), Paris, A. et J. Picard, 1981, p. 118‑125.

28 Il s’agit du thème récurrent dans toutes les chroniques, voir Jelle Haemers et Dries Merlevede, « Le commun se esmeut », art. cit., p. 197-198.

29 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 9, p. 216.

30 Ibid., p. 211.

31 Voir Xavier Nadrigny, « Espace public et révolte à Toulouse », art. cit., p. 321‑335. Pour la signification politico-éthique, voir Bernard Guenée, « Fiction et réalité dans l’œuvre du Religieux de Saint-Denis : l’exemple de la paix de Tournai (1385) », Revue des langues romanes. Écrire l’histoire à la fin du Moyen Âge, t. 97, 1, 1993, p. 3‑13.

32 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 42.

33 Jean-Marie Moeglin, « Pénitence publique et amende honorable », Revue historique, 298, 1997, p. 225‑269.

34 Voir Peter Arnade, Realms of Ritual, op. cit., p. 95‑126 ; Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies, op. cit., p. 293‑325 ; Werner Paravicini, « Die zwölf “Magnificences” Karls des Kühnen », dans Formen und Funktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, dir. Gerd Althoff, Stuttgart, Jan Thorbecke, 2001, p. 319‑395.

35 Voir Jean-Marie Moeglin, Les bourgeois de Calais, Paris, Albin Michel, 2002.

36 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 216‑219.

37 Le motif du comte trouvant le refuge chez une pauvre femme a attiré de nombreux commentaires, voir Peter Ainsworth, « Du berceau à la bière », art. cit., p. 131‑135 ; Martin Nejedlý, La Représentation des pouvoirs et des hiérarchies dans les Chroniques de Jean Froissart, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2000, p. 444-466.

38 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 217‑218. Pour l’usage archétypique du peuple d’Israël voir Jan Dumolyn, « Le povre peuple estoit moult opprimé », art. cit., p. 185-186.

39 Peter Ainsworth, « Du berceau à la bière », art. cit., p. 130‑131, et Jean Devaux, « Froissart et les troubles de Flandre », art. cit., p. 95 s’accordent sur cette explication des références bibliques.

40 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 10, p. 205-212.

41 Ibid., t. 10, p. 223.

42 Ibid., p. 236. Le motif de la punition de l’orgueil est également développé dans les récits des morts honteuses ou suspectes des capitaines gantois. Voir ibid., t. 9, p. 189 ; t. 10, p. 57 ; t. 10, p. 70 ; t. 10, p. 78. Pour la première expédition de Charles VI en Flandre et la bataille de Roosebeke voir Françoise Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 120‑136.

43 Voir Claude Gauvard, « De grace especial », op. cit., p. 849‑893 et 907‑920 ; Jacques Krynen, Idéal du prince, op. cit., p. 184‑197.

44 Voir le récit du châtiment de Paris en 1383 de Jean Juvénal des Ursins, « Histoire de Charles VI, roi de France », dans Choix de chroniques et mémoires sur lhistoire de France, éd. Jean-Alexandre C. Buchon, Paris, Mairet et Fournier, 1841, p. 323‑573, p. 342‑343 ; Chronique du Religieux de Saint-Denys, éd. Louis-François Bellaguet, t. 1‑2, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1994, p. 234‑249.

45 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 283.

46 Pour le topos de l’œuvre pacificatrice de Dieu voir Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, op. cit., p. 31‑44.

47 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 292.

48 Le dossier des négociations avec la ville de Gand fut publié dans De Rekeningen der Stad Gent. Tijdvak van Philips van Artevelde 1376-1389, éd. Julius Vuylsteke, Gent, A. Hoste, 1893, p. 505‑507.

49 « ... tout bien montés, ne onques ne descendirent de leurs cevaulx, quant li dus et ces dames vinrent, mais à nus chiefs sur les camps et sur leurs chevaux, il enclinèrent le duc et les dames. » Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 297. Voir également Bernard Guenée, « Fiction et réalité », art. cit., p. 3‑13.

50 Klaus Oschema, « Espaces publics autour d’une société de cour : l’exemple de la Bourgogne des ducs de Valois », dans Lespace public, op. cit., p. 159‑177, p. 175.

51 Pour le thème de la femme pacificatrice voir Nicolas Offenstadt, Faire la paix, op. cit., p. 112‑127.

52 Chronique du Religieux de Saint-Denys, p. 406.

53 Ibid., p. 406‑409.

54 Voir Bernard Guenée, « Fiction et réalité », art. cit., p. 3‑13.

55 Istore et croniques de Flandre, éd. Joseph-Bruno-Marie Kervyn de Lettenhove, t. 2, Bruxelles, F. Hayez, 1880, p. 372‑382. Il s’agit d’une édition d’après un manuscrit du xve siècle, dont la chronique s’arrête en 1396. Sa rédaction aurait pu être contemporaine aux événements rapportés. Voir l’introduction de Kervyn à cette édition, t. 1, Bruxelles, F. Hayez, 1879, p. 1‑36.

56 Istore et croniques de Flandre, éd. cit., p. 379.

57 Sur l’imitation du « modèle royal » par les ducs de Bourgogne (en particulier au xvsiècle), voir Marc Boone, « Destruction des villes et menaces de destruction, éléments du discours princier aux Pays-Bas bourguignons », dans Stadtzerstörung und Wiederaufbau. Zerstörung durch die Stadtherrschaft, innere Unruhen und Kriege, dir. Martin Körner, Bern, Paul Haupt, p. 97-117.

58 Istore et croniques de Flandre, éd. cit., p. 379.

59 Le texte du traité réproduit dans Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 298‑306. Pour l’importance de traité de Tournai dans l’argumentation gantoise voir Marc Boone, Gent en de Bourgondische hertogen, op. cit., p. 201‑210.

60 Jean Froissart, Chroniques, éd. cit., t. 11, p. 298.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Věra Vejrychová, « Conclure la paix avec les révoltés. La paix de Tournai (1385) dans les Chroniques de Jean Froissart », Questes, 26 | 2013, 57-73.

Référence électronique

Věra Vejrychová, « Conclure la paix avec les révoltés. La paix de Tournai (1385) dans les Chroniques de Jean Froissart », Questes [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://questes.revues.org/170

Haut de page

Auteur

Věra Vejrychová

Université Paris-Sorbonne (Paris IV) – Univerzita Karlova v Praze

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org