Navigation – Plan du site

Femmes illustres et illustres reines : la communication politique au tournant des xve et xvie siècles

Julien Abed
p. 52-69

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Glenda McLeod, Virtue and Venom. Catalogs of Women from Antiquity to the Renaissance, Ann Arbor, Th (...)
  • 2 Parmi les études récentes, voir Floyd Gray, Gender, Rhetoric, and Print Culture in French Renaissan (...)

1À la fin du Moyen Âge, le genre du recueil encomiastique consacré exclusivement aux femmes est particulièrement bien représenté. Le De mulieribus claris de Boccace (1360-1374), Le Livre de la Cité des dames (1404-1405) de Christine de Pizan, tous les textes de la « querelle des femmes » qui s’ensuit, comprenant éloges (ou blâmes), ont contribué à faire de la femme un objet de discours à part entière. Illustrer le « femenin sexe », c’est mettre en mémoire les femmes qui ont su s’illustrer dans l’histoire, païenne ou biblique, légendaire ou historique. Parmi ces variantes du discours élogieux, les « listes », les « catalogues » de Femmes illustres sont très nombreux : tous ne reposent pas sur le même schéma textuel (songes allégoriques, dialogues, recueils d’épitaphes, biographies, en vers ou en prose), mais l’effet de passage en revue reste remarquable1. L’intérêt pour cette littérature s’est récemment renouvelé, sans doute sous la pression conjointe des gender studies anglo-saxonnes (des éditions ont paru ces dernières années) et des recherches sur la rhétorique épidictique2.

2Je voudrais souligner d’abord le fait que ces éloges collectifs sont généralement dédiés à une dédicataire en lien avec le pouvoir, et elle-même illustre. Boccace lui-même avait indiqué qu’un livre sur les dames devait être envoyé à une princesse de haut rang, comme il en donne l’exemple en dédiant son œuvre à la « tresnoble et excellente dame Jehanne, la tresnoble royne de Jherusalem et de Secile », afin qu’elle « donne licence et hardiesce que ce petit livre puisse estre publié et communiquié » :

  • 3 Je cite la traduction anonyme de l’ouvrage de Boccace écrite en 1401. Voir Des cleres et nobles fem (...)

et je advertisse que non a homme prince, mais plus tost a aucune noble femme devoit estre envoyé, comme il parlast et fist mencion des femmes principalment et non des hommes.3

  • 4 Pour cette épithète, employée de préférence à « féministe », voir les remarques de Adrian Armstrong (...)

3Les ouvrages pro-féminins4 postérieurs reprennent cette logique, indice que se joue là une signification qui dépasse la simple correspondance des sexes.

  • 5 Sur cet ouvrage, voir l’article récent de Cynthia J. Brown, « Paratextual Performances in the Early (...)
  • 6 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, édition critique par Judy Kem, Paris, Champion, 2 (...)
  • 7 Antoine Dufour, Les Vies des femmes célèbres, éd. Gustave Jeanneau, Genève, Droz, 1970 (1ère éd. 19 (...)
  • 8 « Le Giroufflier aux dames », in Recueil de poésies françoises des XVe et XVIe siècles, éd. Anatole (...)
  • 9 Jehan Du Pré, Le Palais des nobles dames vertueuses, édition critique par Brenda Dunn-Lardeau, Pari (...)
  • 10 Jean Bouchet, Le Jugement poetic de l’honneur femenin, éd. citée, v. 237-346, p. 204-206. Du même a (...)

4L’imprimeur Antoine Vérard, en 1493, présente abusivement comme sienne une traduction anonyme de l’œuvre de Boccace, sous le titre Le Livre de Jehan Bocasse de la louenge et vertu des nobles et cleres dames, à l’intention d’Anne de Bretagne5. Symphorien Champier compose, en 1503, La Nef des dames vertueuses, dont le premier livre est « dedyé et envoyé à tresnoble et tresvertueuse princesse Anne de France dame et duchesse de bourbon et d’auvergne6 ». Antoine Dufour dédie en 1504 à « treshaulte, trespuissante et tresexcellente » Anne de Bretagne, cet « abisme et comble de vertus », un manuscrit de son œuvre inspirée de Boccace, les Vies des femmes célèbres 7. Un auteur resté anonyme dédie son argumentaire contre le Roman de la Rose intitulé le Giroufflier aux dames à une « haulte princesse (…) issue du hault lys8 », tout aussi anonyme. Jean Du Pré publie en 1534 le Palais des nobles dames « adressé à tresillustre et treshaulte Princesse Madame Marguerite de France, Royne de Navarre9 ». En 1538, Jean Bouchet donne à lire à François Ier le Jugement poetic de l’honneur femenin, mais ouvre l’œuvre avec un long éloge, « Comme Fame publie le trespas de feue Madame Loÿse de Savoye mere du Roy10 ».

  • 11 Cette « préoccupation pour le politique » me semble un objet d’étude nouveau : voir par exemple la (...)

5Toutes ces œuvres ont pour objet de louer des femmes illustres du temps passé, mais aussi d’illustrer les vertus de la dédicataire : usant de l’espace de l’œuvre autant que de ses « seuils » (dédicaces, prologues, préludes), les auteurs multiplient les configurations textuelles inscrivant l’œuvre de mémoire dans un contexte politique contemporain11. En cherchant à rendre compte de l’excellence d’une figure d’exception à travers la collectivité qu’il célèbre, l’auteur remplit une tâche qu’Aristote avait dévolue à l’amplification dans le cadre du genre de l’éloge :

  • 12 Aristote, Rhétorique, 1368a, trad. de C.-E. Ruelle, revue par Patricia Vanhemelryck, Paris, Librair (...)

Il faut aussi faire un grand usage des considérations qui augmentent l’importance du fait loué ; [...] faire des rapprochements avec d’autres personnages. […] Il faut le mettre en parallèle avec des hommes illustres, car l’amplification produit un bel effet si la personne louée a l’avantage sur des gens de valeur. L’amplification a sa raison d’être dans les louanges, car elle s’occupe essentiellement de la supériorité ; or la supériorité fait partie des choses belles. Aussi doit-on faire des rapprochements avec des personnages illustres, puisque la supériorité semble être la marque d’une vertu.12

  • 13 Voir sur ce point le récent livre de Thierry Wanegfflen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe (...)

6« Faire des rapprochements », « mettre en parallèle » : l’éloge pro-féminin (ou le blâme) construit un rapport signifiant entre singulier et collectif. Louer les Femmes illustres pourrait bien en ce sens fournir un biais pour n’en louer qu’une seule ; mettre en exergue des figures négatives fournirait un biais pour conseiller les puissants. La mise en lumière de ce phénomène devrait permettre d’éclairer les représentations du pouvoir et les méthodes de communication politique à la fin du Moyen Âge, époque où plusieurs femmes influentes sont appelées en France et en Europe à exercer le pouvoir13. Elle me permettra surtout ici de réévaluer la présence continue et la signification des sibylles au cœur des œuvres pro-féminines.

7Les seuils textuels, en particulier les dédicaces, placent en amont la figure de la dédicataire, représentée comme puissante, noble et vertueuse. L’auteur du Giroufflier aux dames représente cette pratique dans les vers qui concluent la première partie de son poème, consacré à la critique du Roman de la Rose :

  • 14 « Le Giroufflier aux dames », éd. citée, v. 585-601, p. 270-271. Il faut sans doute lire dans le de (...)

Mais à la fin de mon darrain ouvraige,
Pour descouvrir aulx dames mon couraige
Et pour servir à la haulte Princesse,
A qui mon livre et mon servir adresse,
Tant que pourray les dames honnorant ;
Et, fussé-je au darrain jour mourant,
Emploieray mon sens et mon pouvoir
Dire bien d’elles en ensuyvant le veoir,
Car par les dames suis au monde venu
Et par leur bien en bien entretenu.
Sy leur supplye que mon petit ouvraige,
Lequel ay fait de très humble couraige
Prengnent en gré comme plus excellent,
Car je l’ay faict par le commandement
D’une princesse yssue du hault lys,
Et à la fleur des aultres fleurs de Lys
La dresseray selon mon appetit.14

8Cette position en surplomb s’élabore par rapport aux autres figures féminines, à la tête desquelles la dédicataire prend place. Prestigieuse détentrice de toutes les vertus, elle se distingue des autres figures féminines, tout en les subsumant, à titre de parangon. Ce statut hors-pair pose la question de la répartition de l’éloge : comment la louange d’une dédicataire réputée inimitable doit-elle être appréciée dans le cadre plus vaste de la célébration collective ? Sous la plume de l’auteur, « dire bien d’elles » semble aussi bien s’appliquer au genre féminin dans son ensemble qu’à la figure individuelle ainsi mise en vedette.

9Les différentes œuvres imaginent des dispositions qui mettent en lumière les représentations changeantes de la dédicataire. Dominant les propos liminaires, cette figure se répercute aussi à l’intérieur du texte et transparaît souvent dans l’ordonnancement de la matière. Dans la première partie de La Nef des dames vertueuses, une liste de Femmes illustres intitulée « les louenges fleur et deffenssoir des dames », les personnages sont répertoriés dans l’ordre chronologique, selon leur appartenance à l’Antiquité, à la Bible et à l’hagiographie. Quel que soit l’ordre choisi, cet ensemble offert à la mémoire propose un panorama des femmes à travers les âges dont la dédicataire est la figure de proue. Ce rapport du singulier au pluriel est complété par un effet de lignée, par l’association implicite, dans le cas de la Nef des dames vertueuses, entre Anne de France, première nommée dans l’ordre du livre, et la dernière figure de la première partie de la compilation, Blanche de Castille, qui clôt une section intitulée « femmes illustres dont lon ne list riens de leur sanctification ». Mère de saint Louis, régente renommée, Blanche est louée pour l’enseignement moral et religieux qu’elle a prodigué à son fils. Cette filiation mère-fils renvoie à la filiation mère-fille d’Anne de France et de Suzanne de Bourbon, déjà soulignée par la double dédicace : elle suggère le rôle de continuatrice, au sein d’une lignée féminine, de la jeune héritière.

10L’identification de la dédicataire et des Femmes illustres est soulignée à tel point que l’œuvre semble moins tournée vers le passé que vers l’avenir. Est ainsi permise l’intégration future de l’illustre dédicataire dans les catalogues suivants. En considérant ces œuvres pro-féminines dans leur continuité, comme un corpus autonome, on s’aperçoit que le paratexte d’une œuvre est amené à se fondre dans le texte de l’œuvre suivante, que les seuils, par conséquent, se déplacent. Pour que la liste des Femmes illustres du passé permette la diffusion de la vertu et de la noblesse de la dédicataire présente, la rhétorique de l’éloge des œuvres pro-féminines doit se révéler prophétique.

11Le traducteur de l’imprimé de Vérard précise à la fin du prologue, à l’attention d’Anne de Bretagne :

Et que comme ainssy soit que ne puisses estre par tout par puissance corporele, ce present livre fera congnoistre vous et vos merites a ceulx qui sont presentement vivans.

Le livre supplée, par la mise en mémoire de la lettre, le caractère éphémère du corps et de la vie :

  • 15 Cité d’après Cynthia J. Brown, « Paratextual… », art. cité, p. 258 pour les deux dernières citation (...)

et mesmement vous fera estre eternele envers les posterités et generacions futures subsequentes et advenir. Et finablement, aidant nostre Seigneur, ne serés pas seulement eue et reputee tresresplendissante sur et entre les nobles dames qui ont esté et seront en ceste vie transsitoire et corruptible, mais avecques ce aprés que aurés despoullé et laissé l’abit humain de ceste mortalité perissable, vous serés receue en perpetuele clarté par Celuy qui est largiteur des graces et biens celestez15.

12L’imprimé est donc moins présenté à la reine comme un livre d’enseignement privé que comme une publication des vertus de la reine :

  • 16 Ibid., p. 257. Le phénomène est d’autant plus remarquable que le rapprochement textuel entre comman (...)

j’ay parfaicte esperance que vostre trescelebrable nom volitera de plus en plus par les bouches des hommes par sur la fameuse et tresclere memoire de toutes les dames illustres, cleres, et nobles du temps passé16.

  • 17 François de Billon, Le Fort inexpugnable de l’honneur du sexe femenin, intr. Michael A. Screech, Ne (...)

13Ces phrases sont écrites en 1493 ; quarante ans plus tard, Anne de Bretagne, occupe l’épigramme CXXII du Jugement poetic de l’honneur femenin de Jean Bouchet. De la même manière, Louise de Savoie, dont ce dernier fait l’éloge posthume, se retrouve dans l’œuvre de François de Billon, le Fort inexpugnable de l’honneur du sexe femenin, que l’auteur offre en 1555 à cinq princesses, Catherine de Médicis, Marguerite de France, Jeanne d’Albret, Marguerite de Bourbon et Anne de Ferrare17.

  • 18 Perrine Galand-Hallyn, Le Reflet des fleurs. Description et métalangage poétique d’Homère à la Rena (...)
  • 19 « Tressouveraine et redoubtee dame, se vous entriés en ung vergier ouquel eust plusieurs belles fle (...)

14La métaphore florale présente par exemple dans la Nef des dames vertueuses révèle alors toute sa valeur heuristique. Les « fleurs des dames » désignent les femmes vertueuses ; le livre lui-même se présente comme la « fleur des dames » destinée à les recevoir ; les histoires cueillies forment un bouquet et s’organisent dans une composition dont l’auteur est l’orchestrateur. Les figures féminines s’ajoutent à la liste au fur et à mesure qu’il les invite à intégrer l’espace textuel prévu pour elles. Symphorien Champier reprend là une métaphore de la compilation remontant à l’Antiquité18, mais la métaphore horticole revient de manière significative dans le prologue de l’imprimé d’Antoine Vérard comme dans le Giroufflier aux dames19. Avant d’aborder la vie d’Anne, mère de Samuel, Symphorien Champier écrit : « De noz fleurs ne doit estre privée anne mere de samuel et femme de helcana. » Lorsque vient Michol (fille de Saül), il emploie le même procédé :

  • 20 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, éd. citée, p. 94.

Pour emplir nostre jardin et orner de plusieurs fleurs la beaulté bonté et noblesse de michol la doivent citer à se comparestre personnellement20.

15Ce mouvement centripète, qui fait affluer les dames autour de l’auteur ou de la dédicataire, reprend l’idée augurale de l’utopie christinienne du Livre de la Cité des Dames. Lorsque Dame Raison explique son projet à Christine, elle lui signale en ces termes l’aspect dynamique de la construction :

  • 21 Christine de Pizan, Le Livre de la Cité des dames, in La Città delle dame, éd. Earl Jeffrey Richard (...)

un certain edifice en maniere de closture d’une cité fort maçonnee et bien ediffiee qui a toy a faire est predestinee et establie par nostre ayde et conseil, en laquelle n’abitent fors toutes dames de renommee et femmes dignes de loz, car a celles ou vertue ne sera trouvee les murs de nostre cité seront forclos21.

  • 22 Voir sur ce point Margarete Zimmermann, « Utopie et lieu de la mémoire féminine : la Cité des dames (...)
  • 23 Voir Martin Le Franc, Le Champion des dames, éd. Robert Deschaux, 5 vol., Paris, Champion, 1999 (Cl (...)

16La Cité sera ouverte ou ne sera pas : non une citadelle fermée, mais un édifice en devenir, un modèle de perfection illimité dans le temps. Structure architecturale certes, mais promise à une ouverture sur l’avenir22 : les catalogues de Femmes illustres sont par essence accueillants. Christine de Pizan semble d’ailleurs la première à pouvoir en jouir : Martin Le Franc lui consacre dès 1440 plusieurs huitains de son Champion des dames23.

17En soulignant l’importance de la figure de la dédicataire, il devient possible de réévaluer la présence des sibylles, qui apparaissent, dans chacune des œuvres pro-féminines citées plus haut, comme parangons du pouvoir prophétique et comme paradigmes les plus anciens des femmes chastes et savantes.

  • 24 Ces noms varient d’une œuvre à l’autre ; c’est souvent l’origine géographique qui permet de disting (...)
  • 25 Lactance, Institutions divines, Livre 1, éd. et trad. Pierre Monat, Paris, Les Éditions du Cerf, 19 (...)
  • 26 Christine de Pizan, Le Livre de la cité des dames, éd. citée, p. 56 : « Mais je te prophetise comme (...)
  • 27 Jehan Du Pré, Le Palais des nobles dames vertueuses, éd. citée, p. 165, v. 1330-1331 : « Catharina (...)

18Diverses modalités d’apparition du nom « sibylle » sont décelables. De courtes biographies peuvent être consacrées aux sibylles les plus célèbres : Amalthea, la sibylle de Cumes qui s’illustre par le voyage d’Énée ou par les livres qu’elle brûle devant Tarquin, Tiburtina, célèbre pour l’apparition à Auguste de l’Ara coeli, et Albunea, la sibylle d’Érythrée réputée pour l’annonce du Jugement dernier24. Ces sibylles « individualisées » se conforment à la voie ouverte par Boccace et représentée par Christine de Pizan ou Antoine Dufour. On peut aussi rencontrer un chapitre plus complet et collectif sur les dix sibylles de l’Antiquité, dont l’origine remonte à Lactance, et qui est transmise par Isidore de Séville25. Ce catalogue des dix illustres prophétesses de l’Antiquité apparaît alors comme une petite mise en abyme de l’œuvre entière. Le terme « sibylle » peut enfin être générique et fonctionner comme paradigme de la femme sage. Au-delà des sibylles que la tradition mentionne, peuvent être qualifiées de « sibylle » des héroïnes mythologiques comme Cassandre, des figures allégoriques, comme dans le Livre de la Cité des Dames26, voire des femmes contemporaines27.

  • 28 Jean Bouchet a également écrit « Les dictez des dix Sibilles, contenans leurs vaticinations », in L (...)
  • 29 Ces douzains sont proches de ceux que l’on trouve à la fin du Mistere du Viel Testament, où on les (...)

19Mais le fait le plus intéressant, à bien des égards, revient à citer au style direct les prophéties des anciennes sibylles. En prenant la parole, les sibylles gonflent considérablement le matériau textuel : chez Jean Bouchet, elles couvrent cent vers28 ; il en va de même chez Martin Le Franc, où, au sein du livre IV du Champion des dames qui loue les femmes pour leur savoir, les sibylles sont les seules à prendre la parole. Dans le Giroufflier aux dames, un « Dit des douze sibylles » constitué de douze douzains à la versification très élaborée forme un appendice à l’œuvre entière29.

  • 30 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, éd. citée, p. 175.

20Chez Symphorien Champier, l’intégralité de la troisième partie de la Nef des dames vertueuses est occupée par les « propheties, ditz et vaticinations des sibilles translatez de grec en latin par Lactance firmian. Et de latin en rethorique françoise. Par maistre simphorien champier avec le comment dudit maistre simphorien. Desdyé et envoyé à tresnoble et tresvertueuse princesse Anne de France dame et duchesse de bourbon et d’auvergne30. » L’imprimé de 1503 repose sur un montage savant qui se compose de trois strates textuelles : d’abord, une traduction en huitains de prophéties citées dans les Institutions divines de Lactance (l’œuvre a été imprimée dès 1465 en Italie, et les prophéties grecques citées par l’apologète du IVe siècle y sont traduites en latin), suivie de commentaires en prose ; ensuite, un poème de Jean Robertet, composé de douze épitaphes des sibylles ; enfin, des prophéties sibyllines reprises à un opuscule publié en 1481 à Rome par le dominicain italien Domenico Barbieri, mises en concordance avec celles de douze prophètes de l’Ancien Testament.

  • 31 Outre les ouvrages pro-féminins, la fin du Moyen Âge offre les sibylles à la cour par le biais des (...)
  • 32 Voir Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance (...)

21Équivalents féminins des prophètes vétéro-testamentaires, les sibylles annoncent la vie du Christ, prononçant un Évangile au futur, double virtuel des récits bibliques. Comment une reine comme Anne de Bretagne peut-elle lire et contempler toutes ces œuvres où sont rappelées de pseudo-prophéties annonçant la naissance d’un enfant divin dans le sein d’une vierge mère ? Une interprétation politique, me semble-t-il, peut être donnée de cette présence renouvelée et massive des sibylles au sein d’œuvres littéraires pro-féminines au tournant du XVe et du XVIe siècle, même dans le cas d’un ouvrage manuscrit comme celui d’Antoine Dufour, ou celui d’un livre d’heures, destinés à une diffusion plus restreinte qu’un imprimé31. En annonçant la naissance d’un enfant Sauveur, d’un Roi, les sibylles font des reines de nouvelles Marie potentielles, et dessinent en creux l’image d’une famille royale qui serait un parfait reflet de la sainte Famille. Cette communication politique est au cœur d’études historiographiques actuelles, comme les biographies de François Ier par Anne-Marie Lecoq ou de Charles VIII et Anne de Bretagne par Didier Le Fur32. Ce dernier notamment a montré comment cette reine, sans héritier mâle, a cherché par la propagande à diffuser l’image d’une Vierge mère ; il en va de même pour Louise de Savoie. Dès lors, ne peut-on pas imaginer qu’un contexte de rivalité entre des naissances royales sur le modèle christique ait pu alimenter l’inflation de la parole sibylline au sein des œuvres pro-féminines ?

22Un premier indice pourrait être trouvé chez François Villon. Contenue dans le ms Paris, BnF, fr. 25 458, manuscrit en partie autographe de Charles d’Orléans, une « Louange à Marie d’Orléans » a été transcrite, sans doute par François Villon lui-même, à l’occasion de la naissance, le 19 décembre 1457, de la fille de Charles d’Orléans et de Marie de Clèves. Il s’agit d’une double ballade précédée de six huitains d’octosyllabes et suivie de quatre huitains. Villon y célèbre la venue au monde d’une nouvelle Marie, et l’assimile d’emblée à celle du Christ, comme annonciatrice d’une ère de paix et de bonheur. Or, c’est la parole de la sibylle qui est sollicitée, dès l’épigraphe, puis dans la partie finale :

  • 33 Voir François Villon, « Épître à Marie d’Orléans », in Lais, Testament, Poésies diverses, avec Ball (...)

Dont resume ce que j’ai dit
Nova progenies celo
Car c’est du poete le dit
Jamjam demittitur alto.33

  • 34 Il s’agit du vers 4 de l’églogue : « Voici qu’une nouvelle génération descend des hauteurs du ciel  (...)

23Ce recours au vers le plus connu de la quatrième Églogue de Virgile34, où le retour de l’âge d’or est annoncé sous l’autorité de la sibylle de Cumes, montre l’usage que peut faire un poète de cour de la parole de la sibylle. Il n’est pas sans intérêt qu’on lise à la suite de cette citation un bref « catalogue de femmes célèbres » :

  • 35 François Villon, « Épître à Marie d’Orléans », v. 121-124, éd. citée, p. 322.

Saige Cassandre, bele Echo,
Digne Judich, caste Lucresse,
Je vous congnois, noble Dido,
A ma seule dame et maistresse.35

24Illustres femmes sollicitées pour célébrer une femme appelée à devenir illustre, par le truchement de la sibylle, plus ancienne, la prophétesse qui a comme annoncé sa venue.

25Un autre exemple de cette utilisation de la même églogue pour annoncer la venue d’un illustre enfant de sang royal peut être trouvé à la fin du XVe siècle. Pour fêter la venue d’Anne de Bretagne, la municipalité de Vienne fait frapper en 1494 une médaille. À l’avers, la reine est figurée assise, de face, en majesté, sur un siège sans dossier, un sceptre dans sa main droite, la tête ceinte d’une couronne royale ; elle soutient un enfant dont la robe est semée de dauphins. La légende suivante accompagne la composition :

  • 36 « Une nouvelle progéniture est envoyée du haut des cieux. »

ET . NOVA . PROGENIES . CELO . DIMITTITUR . ALTO . 149436

  • 37 Didier Le Fur, Anne de Bretagne, op. cit., p. 85. Voir une reproduction de cette médaille dans ce l (...)

26Anne se présente comme la mère d’un nouveau Sauveur qui préfigure le recommencement des siècles, le retour de la justice et le nouvel âge d’or : « la famille royale s’était donnée l’image de la Sainte Famille sur terre », conclut Didier Le Fur37.

  • 38 On l’attribue aussi à Jean d’Auton.
  • 39 On se souvient de l’acrostiche de la sibylle Érythrée sur la fin du monde (Judicii signum tellus su (...)

27Au cœur des éloges collectifs, les sibylles occupent par leur parole prophétique une place intermédiaire entre le singulier et le collectif, entre le passé et le présent. Jean Marot, secrétaire dans la Maison de la reine, qui s’intitule « poète de la magnanime Anne de Bretagne », dédie à la reine son Vray disant advocate des dames38. Dans la « Ballade de la peragonne des dames » qui clôt l’œuvre, et dont les vers en acrostiche, forme sibylline de poésie39, égrènent le nom de la personne royale, on trouve ces cinq vers où les sibylles sont mentionnées comme des modèles que l’épouse du roi a surpassés :

  • 40 « La Vraye disant Advocate des Dames », v. 711-715, in Les Deux recueils Jehan Marot de Caen, poëte (...)

Royne d’honneur, exemplaire des bonnes.
O, vous nymphes, muses, sibilles preuses,
Ypolité, Pallas, Nays la gente,
N’estimez plus vos œuvres glorieuses :
Envers ceste, vous perdez vostre entente.40

  • 41 Voici ce que livrent les documents publiés par Le Roux de Lincy, in Détails sur la vie privée d’Ann (...)
  • 42 Gustave Cohen, Histoire de la mise en scène dans le théâtre religieux français du Moyen Âge, Paris, (...)

28Deux autres détails pourraient confirmer l’intérêt d’Anne de Bretagne pour les sibylles. Selon les documents conservés, elle fit réaliser de grandes tapisseries, dont une « histoire des Sibylles », qui fut peut-être déployée dans les cours du château d’Amboise lors de la visite du duc et de la duchesse de Bourbon en octobre 149441. Selon Gustave Cohen, il y eut en 1491, à l’entrée d’Anne de Bretagne à Tours, « un Mystère des Sibylles ». L’historien du théâtre note également qu’« à Chaumont, elles avaient un théâtre particulier où étaient jouées leurs prophéties42 ».

  • 43 Voir Didier Le Fur, Anne de Bretagne, op. cit., p. 78-103, ainsi que le chapitre suivant, p. 104-11 (...)

29Donner à voir ou à entendre des sibylles (dans les marges d’un livre d’heures, sur une tapisserie, au spectacle, dans un manuscrit) revient à célébrer, souhaiter une fécondité miraculeuse de la reine, en associant son fils au Sauveur. Cette élaboration de l’imaginaire marial de la reine commence par exemple avec un minuscule livret à l’usage de Rome (BnF, lat. 3120, f° 73), illustré peut-être par Saturnin François, un collaborateur de Michel Colombe : la naissance de Jésus y évoque, à travers l’illustration de la Visitation, la naissance, le 10 février 1492, de Charles-Orland. Anne de Bretagne est devenue la nouvelle Vierge et Charles-Orland préfigure le Christ. Didier Le Fur a donné d’autres exemples de cette assimilation43. Cette promotion de la reine en mère du Sauveur, ponctuelle aux dires de l’historien, est fondée sur l’espérance (toujours déçue) de donner un héritier mâle.

30Une telle identification implicite d’une reine à la Vierge, notamment dans l’épisode clé de la naissance de son fils, sert aussi à démontrer que le roi de France, Charles VIII ou Louis XII, est le nouvel empereur des prophéties, celui qui va libérer le monde de la tyrannie pour offrir à son fils, le nouveau Christ, un monde en paix. On célèbre la fécondité de la jeune reine, ainsi que ses vertus, pour faire de la reine-mère une nouvelle Vierge, la mère d’un nouveau Sauveur. Le peuple de France est souvent désigné dans la propagande nationale comme le peuple préféré de Dieu, le nouveau peuple élu. Ce jeu d’identifications est prêt à renaître pour Louise de Savoie.

  • 44 Voir Ernest Quentin Bauchart, Les Femmes bibliophiles de France (XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles), Pa (...)

31Mère de François Ier et concurrente d’Anne de Bretagne pour l’héritage de la couronne, Louise bénéficie particulièrement de cette exaltation de la maternité virginale. Elle possède également une traduction de l’ouvrage de Boccace, le Livre des Claires et nobles femmes que fist Jehan Boccace, copié et peint sur vélin de 94 feuillets44. La réutilisation de l’imagerie religieuse par l’imagerie monarchique trouve aussi une illustration après 1515 dans un manuscrit inédit contenant une procession de sibylles.

32Le manuscrit Paris, BnF, fr. 2362 contient de longues paraphrases en vers sur les douzains prophétiques présents dans le Mistere du Viel Testament et le Giroufflier aux dames. Il est précédé d’une dédicace explicite quant à la signification des personnages des sibylles et à l’association de la figure royale à d’anciennes et illustres mères :

  • 45 [Blanche sainct Loÿs auquel souvent disoit que myeulx aimeroit le veoir decollez que il commist ung (...)
  • 46 Ms BnF, fr. 2362, f° 2r.

A tresnoble, de bonne fame,
haulte princesse d’Angoulame, mere du roy François.
Puis tresnoble dame et princesse illustre que des biens de fortune, dont du vouloir divin abundez et bien usez, nest en moy, obstant la mienne petite faculté, vous en produire present condigne. Neantmoins je, advertiz de la vostre religieuse conversation et singulier amour envers le Saulveur et Redempteur des humains, advertiz aussy du soing que avez pour le bien publicque de conduire salutairement monseigneur vostre filz François par la grace de Dieu roy des François : comme saincte Monique sainct Augustin, Saincte Ciline sainct Remy, saincte Aelidis sainct Bernard et aultres innumerables sainctes meres chascune son enfant : comme aussy la royne Blanche sainct Loÿs auquel souvent disoit que myeulx aimeroit le veoir decollez que il commist ung pechié mortel45 : affin que soye participant de voz saincts merites et que aussy ayez et moy et mon lieu pour recommande[r] a vostre bonne grace guarde et protection me suis appensé de mon officine forgier et fourmer, nompas or ou argent en byllon mais doctrine vive et de sen salutaire : dicts sybillins en personnages, que vous prye, requier et supplie de vostre noblesse estre accepté46.

  • 47 Christian de Merindol, « Le livre peint à la fin du Moyen Âge, support privilégié d’une politique d (...)
  • 48 Elizabeth McCartney, « The King’s Mother and Royal Prerogative in Early-Sixteenth-Century France », (...)
  • 49 Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance franç (...)

33Les historiens ont souligné l’amour que Louise de Savoie a pour les livres, l’usage politique qu’elle peut en faire47. La dédicace aide à comprendre comment les paroles des sibylles construisent une image spécifique de Louise. Son rapprochement avec d’autres mères illustres comme Blanche de Castille, souvent mentionnée dans les catalogues de Femmes illustres, en dessine les enjeux. Des analogies sont notées dès la Renaissance entre les deux reines48 : la bibliothèque de Louise de Savoie comprend une bibliographie de Blanche, le manuscrit Paris, BnF, fr. 5715, intitulé Gestes de Blanche de Castille d’Étienne Le Blanc, où, à travers l’iconographie, Louise est présentée « comme Blanche de Castille rediviva, la veuve parfaite et la mère chrétienne qui a magnifiquement éduqué son fils, exercé la régence pour le plus grand bien du royaume49 ». Blanche est un parangon pour l’éducation maternelle, facile à assimiler aux images traditionnelles de la mère ; rappelons aussi que saint Louis partant en croisade avait confié la régence à Blanche de Castille, qui avait confié le royaume de France à la Vierge Marie.

  • 50 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, éd. citée, p. 48.

34Dans la Nef des dames vertueuses déjà, les propos liminaires célèbrent en Anne de France la régente passée et l’influente maîtresse du duché de Bourbon ; la « genealogie de la haulte et tres excellente maison de bourbon » qui suit le « prologue de l’acteur » commence avec « Saint Loys roy de france », fils de Blanche50 ; on a vu comment la gloire de cette dernière rejaillissait, par sa place finale dans la première partie, sur la dédicataire. Le manuscrit BnF, fr. 2362, de la même façon, illustre cette captation de la bonne image des Femmes illustres du temps passé et peut aider à interpréter de manière nouvelle la présence des sibylles dans les œuvres pro-féminines.

35Exemples antiques du savoir prophétique, témoins les plus anciens de la faveur divine dont peuvent jouir certaines représentantes du « femenin sexe », les sibylles sont un indice de la manière dont les auteurs constituent un lien entre la série des illustres femmes et l’illustre reine à laquelle ils dédient leur ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Glenda McLeod, Virtue and Venom. Catalogs of Women from Antiquity to the Renaissance, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1991.

2 Parmi les études récentes, voir Floyd Gray, Gender, Rhetoric, and Print Culture in French Renaissance Writing, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, et Marie-Claude Malenfant, Argumentaires de l’une et l’autre espèces de femmes, Québec, PUL, 2003.

3 Je cite la traduction anonyme de l’ouvrage de Boccace écrite en 1401. Voir Des cleres et nobles femmes (Ms. Bibl. Nat. 12420, achevé en 1402), éd. Jeanne Baroin et Josiane Haffen, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon (498 et 556), 2 vol., 1993-1995, ici vol. 1, respectivement p. 3, 11 et 8.

4 Pour cette épithète, employée de préférence à « féministe », voir les remarques de Adrian Armstrong, in Jean Bouchet, Le Jugement poetic de l’honneur femenin, éd. Adrian Armstrong, Paris, Honoré Champion, 2006 (Œuvres complètes, tome I), p. 31-38, qui renvoie notamment à Alcuin Blamires, The Case for Women in Medieval Culture, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 12.

5 Sur cet ouvrage, voir l’article récent de Cynthia J. Brown, « Paratextual Performances in the Early Parisian Book Trade: Antoine Vérard’s Edition of Boccacio’s Nobles et cleres dames (1493) », in Cultural Performances in Medieval France, Essays in honor of Nancy Freeman Regalado, éd. Eglal Doss-Quinby, Roberta L. Krueger et E. Jane Burns, Cambridge, D. S. Brewer, 2007, p. 255-264.

6 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, édition critique par Judy Kem, Paris, Champion, 2007, p. 55. Le second livre est « desdyé et envoyé à tresnoble et tresredoubtée princesse ma damoyselle suzanne de bourbon » (Ibid., p. 125) ; les troisième et quatrième livres sont envoyés aux deux mêmes femmes.

7 Antoine Dufour, Les Vies des femmes célèbres, éd. Gustave Jeanneau, Genève, Droz, 1970 (1ère éd. 1961), p. 1. Voir aussi les illustrations de Jean Pichore de ce manuscrit (conservé au musée Dobrée de Nantes) dans la récente parution de Sophie Cassagnes-Brouquet, Un Manuscrit d’Anne de Bretagne. Les Vies des femmes célèbres d’Antoine Dufour, Rennes, Ouest-France, 2007.

8 « Le Giroufflier aux dames », in Recueil de poésies françoises des XVe et XVIe siècles, éd. Anatole de Montaiglon et James de Rothschild, Paris, Paul Daffis, t. XIII, 1878, p. 240-280.

9 Jehan Du Pré, Le Palais des nobles dames vertueuses, édition critique par Brenda Dunn-Lardeau, Paris, Champion, 2007, p. 91.

10 Jean Bouchet, Le Jugement poetic de l’honneur femenin, éd. citée, v. 237-346, p. 204-206. Du même auteur, on connaît aussi « Le tabernacle des illustres femmes », in Le Temple de Bonne Renommee, éd. Giovanna Bellati, Milano, Vita e Pensiero, 1992, p. 335-346.

11 Cette « préoccupation pour le politique » me semble un objet d’étude nouveau : voir par exemple la présentation de la communication de Renée-Claude Breitenstein, « Enjeux politiques de la rhétorique de l’éloge dans les recueils de femmes illustres et les apologies du sexe féminin (1493-1555) », donnée dans le cadre du colloque « Femmes, rhétorique et éloquence sous l’Ancien Régime », Université du Québec à Rimouski, 13-15 septembre 2007 (en ligne sur le site http://www.uqar.qc.ca/colloques/polymnie/Renee-ClaudeBreitenstein.asp).

12 Aristote, Rhétorique, 1368a, trad. de C.-E. Ruelle, revue par Patricia Vanhemelryck, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de poche », Classiques de la Philosophie, 1991, p. 138.

13 Voir sur ce point le récent livre de Thierry Wanegfflen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Paris, Payot, 2008, notamment le chapitre 3, « Misogynie et gynophobie. Discours savants et mentalités ambiantes », p. 79-100.

14 « Le Giroufflier aux dames », éd. citée, v. 585-601, p. 270-271. Il faut sans doute lire dans le dernier vers : « l’adresseray ».

15 Cité d’après Cynthia J. Brown, « Paratextual… », art. cité, p. 258 pour les deux dernières citations.

16 Ibid., p. 257. Le phénomène est d’autant plus remarquable que le rapprochement textuel entre commanditaire et héroïnes célébrées se double d’un rapprochement iconographique : comme le montre Cynthia Brown, le bois gravé qui représente en ouverture du livre la reine comme une femme couronnée et assise sur un trône est repris pour d’autres figures de l’œuvre, comme Semiramis ou Junon.

17 François de Billon, Le Fort inexpugnable de l’honneur du sexe femenin, intr. Michael A. Screech, New York, Johnson Reprint Corporation, 1970.

18 Perrine Galand-Hallyn, Le Reflet des fleurs. Description et métalangage poétique d’Homère à la Renaissance, Genève, Droz, 1994 (voir l’entrée « abeilles »).

19 « Tressouveraine et redoubtee dame, se vous entriés en ung vergier ouquel eust plusieurs belles fleurs parmy ung tas de ronsses et de espines, et vous vousissés cueillir lesdictes fleurs, vous detourneriés avecquez vos elegans et delicieux dois la pointure desdictez ronssez et espines et par aprés cueilleriés lesdictes fleurs. Pareillement, tresredoubtee dame, vous saurez bien cueillir et retenir les choses louables et vertueuses desdictes anciennes dames, fuir et eviter les vicieuses. » Cité d’après Cynthia J. Brown, « Paratextual… », art. cité, p. 259. Pour le Giroufflier aux dames, voir les v. 1-13, 574-575, dans l’édition citée, p. 249 et 270.

20 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, éd. citée, p. 94.

21 Christine de Pizan, Le Livre de la Cité des dames, in La Città delle dame, éd. Earl Jeffrey Richards, trad. en italien de Patricia Caraffi, Milan, Luni, 1997, 2e édition, 1998, p. 54.

22 Voir sur ce point Margarete Zimmermann, « Utopie et lieu de la mémoire féminine : la Cité des dames », in Au champ des escriptures, éd. Éric Hicks, Diego Gonzalez, Philippe Simon, IIIe Colloque International sur Christine de Pizan, Lausanne 18-22 juillet 1998, Paris, Champion, 2000, p. 561-578, ici p. 576.

23 Voir Martin Le Franc, Le Champion des dames, éd. Robert Deschaux, 5 vol., Paris, Champion, 1999 (Classiques Français du Moyen Âge, vol. 127-131), vol. 4, p. 177-179, ainsi que la communication de Kevin Brownlee au 6e colloque international sur Christine de Pizan (Paris, Université Paris VII, 24 juillet 2006) intitulée « Le nom de poète : Christine de Pizan et Martin le Franc ».

24 Ces noms varient d’une œuvre à l’autre ; c’est souvent l’origine géographique qui permet de distinguer les sibylles.

25 Lactance, Institutions divines, Livre 1, éd. et trad. Pierre Monat, Paris, Les Éditions du Cerf, 1986 (Sources chrétiennes, vol. 326), p. 77-81, et Isidore de Séville, Etymologiarum sive Originum Libri XX, PL LXXXII, Paris, 1850, cc. 309-310 (VIII. 8).

26 Christine de Pizan, Le Livre de la cité des dames, éd. citée, p. 56 : « Mais je te prophetise comme vraye Sebile que… ».

27 Jehan Du Pré, Le Palais des nobles dames vertueuses, éd. citée, p. 165, v. 1330-1331 : « Catharina de Senes, bien habile, / Autant prisée que notable Sybille ».

28 Jean Bouchet a également écrit « Les dictez des dix Sibilles, contenans leurs vaticinations », in Les Généalogies, Effigies et Epitaphes des Rois de France, Poitiers, Jacques Bouchet et Jean et Enguilbert de Marnef, 1545 (BnF, Rés. L37. 3), A3 v°-A4 r°.

29 Ces douzains sont proches de ceux que l’on trouve à la fin du Mistere du Viel Testament, où on les trouve « mis en débat » par un personnage allégorique nommé L’Humain ; ils sont également présents dans le manuscrit BnF, fr. 2362, dont il sera question plus bas.

30 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, éd. citée, p. 175.

31 Outre les ouvrages pro-féminins, la fin du Moyen Âge offre les sibylles à la cour par le biais des livres d’heures (Anne de Bretagne possède le BnF, latin 920, légué par Louis de Laval, où les sibylles sont visibles aux f°17v-28v) et du théâtre (un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France contient une procession sibylline dédicacée à Louise de Savoie, mère de François Ier, dont certains des vers reprennent les douzains du Mistere du Viel testament). Lors des entrées royales, la sibylle est parfois présente aux côtés des prophètes de l’Ancien Testament.

32 Voir Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987 (coll. Art & Histoire), et Didier Le Fur, Anne de Bretagne. Miroir d’une reine, historiographie d’un mythe, Paris, Guénégaud, 2000, et Charles VIII, Paris, Perrin, 2006.

33 Voir François Villon, « Épître à Marie d’Orléans », in Lais, Testament, Poésies diverses, avec Ballades en jargon, éd. et trad. Jean-Claude Mühlethaler et Eric Hicks, Paris, Champion, p. 316-322, et les notes p. 351-354, ici v. 117-120, p. 322. Voir également, pour des interprétations de la citation, Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Écho et Sibylle. La voix féminine au Moyen Âge, entre affirmation et extinction », Équinoxe : revue romande de sciences humaines, 23, Le Genre de la voix (automne 2002), Genève, p. 81-91, et Jean-Claude Mühlethaler, « François Villon, nouvel Énée ? De l’ouverture à la clôture de l’Épître à Marie d’Orléans », Le Moyen français, 62 (2008), p. 99-116, surtout p. 110.

34 Il s’agit du vers 4 de l’églogue : « Voici qu’une nouvelle génération descend des hauteurs du ciel ». Voir Virgile, Bucoliques, éd. et trad. Eugène de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1997 (1ère éd. 1960).

35 François Villon, « Épître à Marie d’Orléans », v. 121-124, éd. citée, p. 322.

36 « Une nouvelle progéniture est envoyée du haut des cieux. »

37 Didier Le Fur, Anne de Bretagne, op. cit., p. 85. Voir une reproduction de cette médaille dans ce livre, p. 84.

38 On l’attribue aussi à Jean d’Auton.

39 On se souvient de l’acrostiche de la sibylle Érythrée sur la fin du monde (Judicii signum tellus sudore madescet…), que cite saint Augustin et que le Moyen Âge connaît par la procession des prophètes et d’innombrables citations sous le titre « Versus de die judicii ». L’acrostiche était la forme poétique employée par les sibylles de l’Antiquité romaine, comme l’expose Cicéron dans le De divinatione, II, 110-112 (texte connu au Moyen Âge). Voir Cicéron, De la divination / De Divinatione, éd. Remo Giomini, trad. José Kany-Turpin, Paris, Flammarion, 2004, p. 288-291.

40 « La Vraye disant Advocate des Dames », v. 711-715, in Les Deux recueils Jehan Marot de Caen, poëte et escripvain de la royne Anne de Bretagne, et depuis valet de chambre du treschrestien roy François Premier, éd. Gérard Defaux et Thierry Mantovani, Genève, Droz, 1999, p. 118. Une virgule pourrait suivre « sibilles ».

41 Voici ce que livrent les documents publiés par Le Roux de Lincy, in Détails sur la vie privée d’Anne de Bretagne, femme de Charles VIII et de Louis XII, suivis d’extraits des inventaires des meubles ayant appartenu à cette princesse, Paris, Firmin Didot, 1860 (extrait de la Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 1, 3e série), chap. IV (« Tapisserie »), p. 58 : « la portreture d’une Sibille à broderie d’or et d’argent de Chipre, assiz sur deux leez de satin blanc » (28 août 1500) ; « l’istoire des Sibilles, contenant douze pieces de tappicerie, comprins une petite piece et ung bauchier de mesmes, achaptée à Paris. nota : baillées au Roy Loys de présent pour son entrée de Rains » (12 mai 1494).

42 Gustave Cohen, Histoire de la mise en scène dans le théâtre religieux français du Moyen Âge, Paris, Champion, 1951, p. 120. Ce fait n’est pas mentionné dans Le Roux de Lincy, qui constitue la base de l’information pour le règne d’Anne de Bretagne. La remarque est faite pour la première fois à ma connaissance par Nobilleau, Les Archives communales de Tours, Tours, Impr. Ladevèze, 1870, p. 17 : à l’occasion de l’entrée de Charles VIII et Anne en 1491, « les réjouissances furent nombreuses ; il y eut représentation du Mystère des Sybilles [sic] devant le Château ». Sa source, que je n’ai pu consulter, est peut-être « Cérémonial pour l’entrée des Rois, Princes et Grands Personnages du Royaume », aux Archives communales de Tours, section Fêtes et cérémonies, liasse 158. Je n’ai trouvé aucune trace, en revanche, du théâtre de Chaumont.

43 Voir Didier Le Fur, Anne de Bretagne, op. cit., p. 78-103, ainsi que le chapitre suivant, p. 104-118, consacré à l’assimilation de la reine à Anne, mère de la Vierge.

44 Voir Ernest Quentin Bauchart, Les Femmes bibliophiles de France (XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles), Paris, Damascène Morgand, 1886, t. 1, p. 19.

45 [Blanche sainct Loÿs auquel souvent disoit que myeulx aimeroit le veoir decollez que il commist ung pechié mortel] est entouré.

46 Ms BnF, fr. 2362, f° 2r.

47 Christian de Merindol, « Le livre peint à la fin du Moyen Âge, support privilégié d’une politique dynastique, familiale ou personnelle », Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, Actes du colloque international du CNRS, 1992, éd. Monique Ornato et Nicole Pons, Louvain-La-Neuve, 1995.

48 Elizabeth McCartney, « The King’s Mother and Royal Prerogative in Early-Sixteenth-Century France », in Medieval Queenship, éd. John Carmi Parsons, New York, St. Martin’s Press, 1993, p. 117-141 surtout p. 129-131, 133-135.

49 Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987 (coll. Art & Histoire), p. 477-479. L’auteur écrit aussi : « Parler de Blanche de Castille, c’était parler d’elle, car la mère veuve et vertueuse du roi Louis IX était évidemment le modèle qui s’imposait », p. 391. Elle note qu’en 1517, pour l’entrée de Claude de France à Paris, l’échafaud du palais royal représentait saint Louis tenant en évidence la main de justice, entouré de Justice en personne et Blanche de Castille.

50 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, éd. citée, p. 48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Abed, « Femmes illustres et illustres reines : la communication politique au tournant des xve et xvie siècles », Questes, 17 | 2009, 52-69.

Référence électronique

Julien Abed, « Femmes illustres et illustres reines : la communication politique au tournant des xve et xvie siècles », Questes [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://questes.revues.org/1662

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org