Navigation – Plan du site

Avant-propos

Cécile Caby
p. 1-4

Texte intégral

1En matière d’Hommes illustres, l’exhaustivité eût été un choix risqué tant la matière est abondante et procède par accumulation et sédimentation. Mieux valait donc, comme les articles rassemblés ici s’y emploient, explorer les marges et les limites où se jouent les contiguïtés, les continuités, les ruptures ou les interactions.

  • 1 Voir l’article d’Anne Rochebouet dans le présent bulletin, p. 97.

2C’est en effet sur ces seuils que la thématique émerge tantôt de l’évolution de formes proches et préexistantes comme, dans le domaine linguistique français, celle des listes des noms qui, à partir du XIVe siècle, servent « de mise en forme et de lieu d’expression à la thématique des Hommes illustres »1 ; tantôt encore d’interactions et de circulations avec d’autres motifs dont la forme ou les vecteurs (notamment la très spécifique alliance autour de ce motif entre écriture discursive et images) poussent au rapprochement et à la comparaison, comme le souligne l’étude du motif des Neuf Preux. C’est aussi dans ces marges que cette thématique héritée de l’Antiquité disparaît au contraire, happée par la volonté exemplaire des discours hagiographiques ou de la prédication médiévale qui dissout dans une lecture principalement moralisante des Hommes illustres réduits à des figures morales sans existence propre. Or, comme le suggère la lecture de ce volume, c’est précisément de cette confrontation aux limites que ressortent, peu à peu et au gré d’études de cas richement fouillées, les spécificités du motif des Hommes illustres.

3Les enjeux qui se dégagent au détour de ces quelque cent vingt pages justifient amplement le choix d’un tel objet d’étude et la place – assez exceptionnelle dans l’économie des bulletins du groupe Questes – qui lui est accordée. Ce qui est d’abord en jeu n’est en effet rien d’autre que la conception du temps et l’autorité d’un passé révolu dont le mérite principal est précisément cette Antiquité qu’incarnent les Hommes illustres dont les rangs ne s’ouvrent que rarement et lentement aux figures contemporaines. La question touche également aux structures de la mémoire collective et aux modalités de sa construction, et notamment la spécialisation progressive de cette mémoire au gré d’une sélection guidée par les évolutions des impératifs de la domination politique et des pratiques sociales à la fin du Moyen Âge. Ainsi, un ordre religieux comme celui des Prêcheurs, indépendamment des grandes entreprises hagiographiques (telle celle de Jacques de Voragine) ou encyclopédiques (telle celle de Vincent de Beauvais) qui englobent (quitte à en inverser le sens) la matière des Hommes illustres, coule le modèle des Hommes illustres dans une forme assez originale de discours célébrant collectivement – aussi bien par l’écrit que par l’image – la sainteté de l’ordre et la mémoire de ses grands hommes.

4D’une manière générale, il semble bien que ce soit le caractère universel du motif des Hommes illustres qui s’érode le plus au fil de sa confiscation à des fins mémorielles et de sa redécouverte humaniste à la fin du Moyen Âge. Passé l’âge des grandes compilations encyclopédiques ou, au moins, passé l’âge de leur succès, les variations tardo-médiévales sur le thème des Hommes illustres tendent au contraire tantôt à isoler tel ou tel portrait déconnecté de la galerie de ses pairs dans une dérive biographique du genre, soit à en spécialiser l’objet par le biais de diverses formes de sélection : par sexe, par catégories (tel le poète, à la fois acteur et grand vainqueur de cette redécouverte), par famille (biologique ou religieuse), par origine géographique et/ou citoyenne. Comme au palais Trinci de Foligno ou au Palais de la Seigneurie à Florence, les Hommes illustres du passé deviennent par leur inscription sur les murs d’un lieu de pouvoir, demeure princière ou édifice civique, à la fois modèles et figures de gloires d’une lignée, d’une commune ou d’une nation. C’est d’ailleurs par le biais de cet ancrage dans un espace ou un contexte social mieux circonscrit – ancrage au demeurant non exclusif, mais promis à une longue postérité chez les historiographes du XVIe siècle – d’un motif longtemps déconnecté de tout souci de mise en scène dans la réalité du temps et de l’espace des humains que le présent ou le proche passé semblent définitivement gagner droit de cité dans les galeries d’Hommes illustres. Déjà les codes de la représentation picturale, et notamment ceux très spécifiques du gothique international, mis en oeuvre dans un nombre croissant de cycles iconographiques, favorisaient les jeux d’interpénétration entre réalités et lieux des temps présents et passés. Bien plus, alors que les Hommes illustres avaient longtemps puisé leur gloire presque exclusivement dans un passé révolu ou construit leur fascination sur la nostalgie des origines, au cours du XVe siècle, le temps semble soudain s’animer et les galeries d’Hommes illustres s’ouvrir, certes lentement, aux contemporains ou aux proches, au gré d’une célébration de la gloire de la cité et/ou du prince, fondée sur le génie authentiquement humain d’actions singulières, ancrées dans le temps de l’histoire et dans l’espace des hommes.

5Et c’est là que surgit un enjeu supplémentaire, largement présent dans ce volume, et dont l’importance historiographique méritait à elle seule que l’on s’arrêtât sur un tel thème. À Foligno, dans le palais Trinci, nul doute ne semble subsister : la renaissance des Hommes illustres est un des fruits des cadres politiques et des pratiques sociales de l’Italie de la fin du Moyen Âge, notamment, des pratiques humanistes. Mais avec les Neuf Preux, ou plus discrètement avec les amants malheureux des Romans de Troie, les certitudes vacillent et les modélisations humanistes du temps et de l’espace – isolant un âge moyen totalement étanche et sans prestige, et glorifiant le rôle de l’Italie républicaine contre les clercs et les barbares d’au-delà des Alpes – volent en éclat, invitant autour de cet objet décidément très riche, à repenser en profondeur les rapports entre discours de clercs et discours de laïcs, entre pratiques médiévales et pratiques humanistes.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article d’Anne Rochebouet dans le présent bulletin, p. 97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Caby, « Avant-propos », Questes, 17 | 2009, 1-4.

Référence électronique

Cécile Caby, « Avant-propos », Questes [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://questes.revues.org/1646

Haut de page

Auteur

Cécile Caby

Cépam UMR 6130 Université de Nice-CNRS

Institut universitaire de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org